En cinq minutes de connexion pour leur direct Facebook, après 30 minutes de retard, Yodé et Siro avaient déjà plus de 3000 personnes en ligne. Quatre jours après avoir fait faux bond à leurs fans, ce lundi 7 décembre, ils ont enfin pu honorer ce direct Facebook. Même si on ne les sentait pas préparés et prêts pour un tel exercice, ils ont tenu à s’adresser aux internautes. Leur titre « Héritage » en version acoustique pour commencer, avec un Yodé dans ses envolées lyriques. Le message contenu dans cette chanson est clair comme de l’eau de roche : « On ne vend pas son pays. On ne brûle pas son pays ». Une adresse à l’endroit des hommes politiques pour planter le décor.

Lire aussi : Zouglou-Yodé et Siro-Ils promettent un direct Facebook à 20heures GMT-Et font marche arrière-Les raisons d’un recul

Après cette introduction musicale, Yodé et Siro ont adressé une motion de remerciements aux fans, à leurs avocats, à la presse nationale et internationale, à Pat Sacko et au Fenaz. Malgré un son inaudible lors dudit direct Facebook, Yodé et Siro ont continué leur message dont l’essentiel pourrait se résumer ainsi :  » Nous avons confiance en notre justice », diront-ils. « Il faut que les choses changent. Et ça doit changer. C’est donc notre rôle de dénoncer ce qui ne va pas. Les avocats sont venus pour faire triompher le droit. Aujourd’hui, la politique est assise sur notre justice. Et c’est notre devoir d’interpeller pour que les choses changent. Vous savez, nous venons de Gbatanikro à Treichville. Pour nous en sortir, ce n’était pas facile, mais nous avons cru. Le zouglou a été un creuset pour nous exprimer. Le zouglou est venu pour orienter. Nous saluons la justice Ivoirienne. Nous saluons Adou Richard et tous les juges qui nous ont jugé… »