Décédé le mercredi 10 mars dernier à Fribourg en Allemagne, l’ex Premier Ministre Ivoirien, Hamed Bakayoko a été enterré ce vendredi 19 mars à Séguéla, sa ville d’origine. Né à Adjamé, ce fils d’une famille d’imams a grandi dans l’agglomération abidjanaise. Dans son adolescence, il a fait chemin avec bien d’amis, avec qui, le cordon ne s’est jamais rompu jusqu’à son dernier souffle. Au rang de ceux-ci, un homme discret. Dont la parole est très rare, mais qui, de loin, reste une véritable bibliothèque pour sa génération. Samassi Moktar ou encore Samassi Akwaba est autant intime à Yves Zogbo Junior qu’il l’est, à Hamed Bakayoko. Samassi et Hamed ont grandi ensemble. Même s’ils ne sont pas nés dans la même commune, Samassi, lui, est d’Abobo, ils sont restés liés jusqu’au rappel à Dieu du golden boy. Affaibli par plus d’une année de maladie, Samassi se remet peu à peu, en France où il réside. Entre séance de rééducation et récupération d’un meilleur souffle vital, il a tenu à laisser un témoignage pour la mémoire de son ami.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Hommage de la nation à Hamed Bakayoko-Les confidences de son épouse, Yolande : “Ma foi est inébranlable”

En attendant le grand déballage dans votre média, dans la vidéo qu’il a fait parvenir à Actupeople.net, il fait quelques révélations. Notamment sur Yolande Tanoh, la veuve du ministre Hamed Bakayoko. « J’ai connu Yolande avant même que elle et Hamed ne se rencontrent. Elle était alors étudiante dans la ville d’Orléans en France où je résidais. C’était une jeune dame bien qui savait ce qu’elle voulait. Quand elle et Hamed se sont connus, je l’ai revu quelques temps après, à son bureau lorsqu’il était directeur de Radio Nostalgie. Ce jour-là, il m’a demandé, vous vous connaissez, apparemment. Et j’ai dit, oui, tout en lui disant le bien que je pensais d’elle ». A propos de la générosité d’Hamed Bakayoko, Samassi Akwaba atteste les nombreux témoignages à cet égard. Il confie également que lors de leur dernière rencontre, tard la nuit chez le ministre, ce dernier avait résolu d’user de tout son pouvoir afin que Gadji Céli et Michel Barouan, ex directeur du Burida, rentrent en Côte d’Ivoire.