A 68 ans, Idriss Déby Itno qui dirigeait le Tchad depuis 30 ans est mort ce mardi 20 avril 2021. L’information a été donnée en début de journée par le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna. Dans le communiqué lu à l’antenne de TV Tchad, voici le message succinct qu’il a livré : “Le président de la république, chef de l’État, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad”. Dans la foulée, un conseil militaire de transition a été mis en place. Lequel est dirigé par Mahamat Idriss Déby, fils du défunt président. Au moment où ses obsèques nationales sont annoncées le vendredi à N’Djamena avant son inhumation dans sa région natale dans l’extrême Est, des sources font état de ce qui est réellement advenu quant aux circonstances de son décès.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Ce qu’il faut savoir sur la plainte de Laurent Gbagbo contre l’armée française

Selon ce récit relayé par une journaliste Ivoirienne spécialisée dans l’actualité africaine : “Ce n’est pas un rebelle qui a tiré sur le président, mais c’est plutôt son cousin qui était en même temps son proche garde du corps. L’histoire de cet assassinat est que le grand frère de l’assassin, qui était ancien premier ministre s’était porté candidat aux dernières élections présidentielles. Idriss Déby avait envoyé sa milice arrêter l’ancien premier ministre en question. Le jour de son arrestation, sa milice a tué la mère de l’ex premier ministre candidat, qui était la tante d’Idriss Déby. La mort de la dame a alors provoqué une grosse colère au sein de la tribu Zakawa à laquelle Idriss Déby et ses cousins appartiennent. C’est donc l’un des fils de sa tante, son cousin donc, qui est en même temps son garde du corps qui a tiré à bout portant sur lui”.