Fatou Bensouda, procureur de la Cour Pénale Internationale a reçu l’ordre national du lion du Sénégal des mains du président de la République du Sénégal, Macky Sall, pour son service dévoué à la CPI et la cause de la justice pénale internationale. C’est le message que l’on peut ainsi lire sur le compte Twitter de la Cour Pénale Internationale avec ces photos qui illustrent ladite publication. Il faut savoir que l’ordre national du Lion du Sénégal est la plus haute distinction sénégalaise. Il distingue en temps de paix, 15 ans de services civils ou militaires, ou 20 ans d’activités professionnelles. Le président de la République du Sénégal est, de droit, le grand maître de l’ordre. Quand on a en mémoire les errements de la procureure dans le dossier de l’ex président Ivoirien Laurent Gbagbo et de son ministre, Charles Blé Goudé, l’on est à même de s’interroger sur une telle décoration.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Kouadio Konan Bertin-Ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale-Après l’annulation de sa visite en mars dernier-Il va enfin rencontrer Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé-Ce qui avait coincé

Quels ont été les faits d’armes de Fatou Bensouda ces 15 dernières années ?. A part de piteuses défenses qui ont été lamentablement démontées par les juges Cuno Tarfusser et Chile Eboe-Osuji. Par ailleurs, Fatou Bensouda qui savait d’avance ce qui allait se jouer le 31 mars dernier à la CPI ne s’était pas présentée à l’audience qui prononça l’acquittement définitif de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Pour la petite confidence, elle était au Mali. D’ailleurs, les deux hommes politiques Ivoiriens le savaient. Et cela les avait conforté dans l’idée qu’ils auraient été acquittés. Et lorsque l’on avait suivi les arguments avancés par le juge de la chambre d’appel Chile Eboe-Osuji, il aura montré les insuffisances notoires de Fatou Bensouda. C’est un tel procureur qui, en 10 ans, n’aura pas pu démontrer l’existence d’un plan commun à l’idée de commettre des crimes par Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé qui est célébré par Macky Sall. A moins que le président Sénégalais craignant des poursuites après son départ du pouvoir ne soit dans une logique d’anticiper le sort qui pourrait lui être réservé.