• Save

Ils étaient totalement opposés à la désignation unilatérale d’un candidat comme ce fut le cas au RHDP. Ils réclamaient une Primaire pour élire le cheval qui affrontera le RHDP le 31 octobre prochain dans les urnes. Ils ont mis dans le panier des arguments de leur jeunesse et leurs expériences de la gouvernance de la chose publique, nationale pour les uns, internationale pour d’autres. C’est raté ! À moins d’un bouleversement inattendu, la grande rencontre du Bureau Politique qui s’ouvre ce jeudi 4 et vendredi 5 juin, devrait sceller officiellement le sort de Tidjane Thiam, Jean Louis Billon, Thierry Tanoh, Kouadio Konan Bertin ou encore l’honorable Yasmina Ouégnin dans la course à la candidature du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA). Et à contrario, plébisciter celle d’un Bédié qui s’annonce déjà en roue libre pour affronter le RHDP le 31 octobre prochain.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Etat de santé-Amadou Gon Coulibaly-Un mois après, c’est le flou total-Le rôle joué par la première dame Dominique Ouattara-Le mystère reste entier

Henri Konan Bédié et le PDCI RDA-Encore un espoir de changement ?

Le PDCI-RDA a rendu public les critères d’éligibilité pour être désigné candidat du parti à la prochaine élection présidentielle. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il fait couler déjà beaucoup d’encre et de salive. Même jusque dans le camp adverse. Ex- cadre du PDCI-RDA, aujourd’hui membre influent du RHDP, Kobenan Kouassi Adjoumani estime que les critères sont encore plus contraignants que ceux édictés par la constitution ivoirienne. « Ces critères s’apparentent à des critères barrières pour confiner et faire barrage à des adversaires potentiels », s’est indigné l’ancien porte-parole du PDCI-RDA dans une publication, lundi 1er juin. A en croire le ministre Adjoumani, ces dispositions éliminent de facto les potentiels adversaires du président Bédié, notamment Tidjane Thiam, Jean Louis Billon, Thierry Tanoh, Kouadio Konan Bertin ou encore l’honorable Yasmina Ouégnin. « L’exigence des dix années de présence continue au Bureau politique, par exemple, est une clause qui élimine de facto la plupart des candidats déclarés », explique-t-il. «Ainsi, avant même d’ouvrir les portes de la Convention, le PDCI a déjà choisi son candidat à la présidentielle », fait savoir Kobenan Kouassi Adjoumani qui estime que la démocratie ait « foutu le camp » au sein du vieux parti. Mais chez les partisans des Thiam, Billon, Thierry Tanoh, KKB et autre Yasmina Ouégnin avec qui nous avons échangé ce mercredi 03 juin, l’heure est encore à l’optimisme. « C’est vrai, les conditions telles que présentées éliminent, et posent quelques problèmes. Mais rien n’est encore totalement perdu. Il reste la validation de ce texte au prochain Bureau politique, et là, nous avons encore une carte à jouer au cours des discussions. N’oubliez pas que le plus important, c’est que le PDCI et non forcément un homme revienne au pouvoir », éclaire ce baron du parti engagé dans les préparatifs du Bureau Politique. En attendant, le texte qui sera présenté demain se veut sans ambages sur les conditions que les candidats désireux de représenter le PDCI au prochain scrutin présidentiel, devront remplir tant au niveau national, qu’au sein même du parti présidé par Henri Konan Bédié.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Convention du PDCI RDA-Henri Konan Bédié va confirmer sa candidature-Les dangers qui le guette

  • Save

Election présidentielle-Le portrait-robot du candidat du PDCI-RDA-Henri Konan Bédié parti pour un plébiscite

Selon ledit texte, le portrait-robot du prochain candidat du PDCI-RDA devrait révéler un homme ou une femme de nationalité exclusivement ivoirienne et membre du Bureau politique depuis au moins 10 ans. Mais également, cet homme ou cette femme devra être capable de débourser une caution de 75 millions de FCFA. Dont 25 millions non-remboursables représentant sa contribution à l’organisation de la prochaine Convention d’investiture prévue dans le courant de la mi-juin. Si les conditions financières dénoncées par certaines voix ne sauraient constituer un problème, ni pour Henri Konan Bédié, ni pour ses challengers, les deux premiers critères, en revanche excluent clairement Tidjane Thiam, Jean Louis Billon ou encore Thierry Tanoh de la course à la candidature du PDCI-RDA. Tidjane Thiam porte en effet la double nationalité (française et ivoirienne), tandis que Jean Louis Billon ou encore Thierry Tanoh, eux, ne totalisent pas 10 années d’ancienneté au sein du Bureau politique du PDCI-RDA. Résultat, à moins d’un chamboulement d’envergure, Henri Konan Bédié est bien parti pour être investi candidat unique à la mi-juin.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Démission Marcel Amon Tanoh-Jean Louis Billon va-il lâcher Henri Konan Bédié et rejoindre le gouvernement ?-Il a été reçu par Alassane Ouattara

Henri Konan Bédié va défier le RHDP

C’est un secret de polichinelle, le Sphinx de Daoukro (86 ans) n’a jamais fait de mystère sur sa volonté de revenir au pouvoir, près de 20 ans après le coup d’État de décembre 1999. Combattus ouvertement par certains membres du parti dans cette ambition, Bédié a cependant le soutien de membres statutaires et autres dignitaires du vieux parti. Au sein de ces soutiens, on croit dur comme fer que face à un ogre comme le RHDP, des jeunes loups, même aux dents très longues comme Tidjane Thiam, Jean Louis Billon, Thierry Tanoh, Kouadio Konan Bertin ou encore l’honorable Yasmina Ouégnin, ne feront pas le poids. Dans une logique de stratégie qui aurait déjà fonctionné selon eux, face au FPI de Laurent Gbagbo, il faut un homme qui a du vécu et qui puisse incarner aisément le consensus entre le PDCI et les autres partis de l’opposition. La victoire est à ce prix. Ainsi, « la volonté exprimée par les membres statutaires du parti qui devraient par ailleurs eux-mêmes participer à une éventuelle convention, c’est de voir Bédié, candidat du PDCI », confie à cet effet Basile Gouali, cadre du vieux parti. Et l’homme d’expliquer que « le choix de Bédié repose sur le fait qu’il sera le candidat du PDCI et de l’opposition ». L’annonce, officielle à en croire M Gouali, sera faite très bientôt par Bédié lui-même ou le Secrétaire Exécutif en chef du PDCI. « Nous n’avons pas de temps à perdre. Le monde entier attend cette annonce pour apporter son soutien au changement », annonce, sentencieux ce haut cadre du PDCI. Un changement qui s’annonce déjà avec plusieurs inconnus, à en croire les voix discordantes qui se font entendre au sein du vieux parti, notamment chez la « génération montante » dont Jean-Louis Billon qui n’entend pas se laisser si facilement ‘’griller’’ dans la course au fauteuil.