• Save

Plutôt discrète, voire effacée du vivant de son mari, la veuve de Dj Arafat, Yao Maryse Carmen, plus connue sous le nom de Carmen Sama, casse tous les codes depuis quelques temps. Cela ne serait pas chose fortuite…2019 aura été sans aucun doute l’année la plus noire de la jeune vie de Yao Maryse Carmen. Quatre mois avant l’accident tragique de son compagnon Ange Didier Houon dit Dj Arafat le 12 août, la mère de la petite Rafna avait perdu sa sœur ainée le 4 avril. « Aujourd’hui, ça fait 1 an que tu es partie. 1 an que tu as brisé le cœur de toute la famille ; 1 an que tu m’as laissée le rôle de la sœur aînée. Pourtant tu m’avais promis de ne jamais m’abandonner. Je comptais sur toi Nathalie, tu étais ma confidente, ma meilleure amie, ma conseillère et ma sœur chérie », a-t-elle posté en hommage à sa défunte sœur sur Instagram, en avril dernier. Puis d’ajouter : « Je me souviens des préparatifs de mon mariage traditionnel, tu étais tellement excitée à l’idée que ta petite sœur devienne officiellement Mme Houon, mais hélas. Ne t’inquiète surtout pas, ton fils est dans de bonnes mains. Maman essaie de tenir le coup, mais c’est jamais facile de perdre son premier enfant. Tu me manques grande sœur. Que ton âme repose en paix. Je t’aime ».

Lire aussi : Affaire Carmen Sama-Emma Lohoues-La mère de Dj Arafat-Tina Glamour sort enfin de sa réserve : “Je suis déçue de toi…”

  • Save
Yao Maryse, dit Carmen Sama

Carmen Sama-Deux grosses épreuves vécues en 2019

Carmen était donc en plein deuil de sa sœur ainée qui avait pris une part active dans les préparatifs de son mariage traditionnel, lorsque son mari meurt dans un accident de moto. Un décès survenu alors qu’elle se préparait à célébrer son mariage civil avec le père de sa fille Rafna Houon agée de seulement deux ans. « Tu as laissé les personnes que tu aimais le plus au monde. Et tous les préparatifs du mariage ? Finalement, j’épouse qui dans environ 4 mois ? Et Rafna ?… La seule chose qui me réconforte, c’est la certitude de l’immense amour que tu avais à mon égard. A mes côtés, tu étais comme un enfant. Je t’ai aimé dès le début et je continue de le faire… », avait-elle écrit sur son compte Instagram un mois après le décès de Dj Arafat. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Et c’est une toute autre Carmen Sama qui défraie la chronique des média et réseaux sociaux aujourd’hui.

Carmen Sama passée au scanner par un psychothérapeute

Tout pour que Dr N’Guessan T, psychothérapeute et clinicien dans une clinique cossue d’Abidjan-Cocody accepte l’exercice de passer les comportements de Carmen Sama au feu des analyses psychologiques. Pour le spécialiste, si chaque personne vit son chagrin à sa manière, il est important de souligner que tous passent par les étapes du deuil. Des étapes qui, selon notre interlocuteur, pourraient livrer des pistes de compréhension des soudains ‘’dégammages’’ de l’ex-compagne de celui qui était réputé être le maître en matière de buzz. De fait, la mort a beau faire partie du cours normal des choses, rien ne peut mettre à l’abri de la douleur qui accompagne un deuil. C’est un passage obligé, mais on y est toujours mal préparé. Or, il n’y a pas de recette miracle ; le processus de deuil prend du temps et il est important de comprendre comment se déroule cette longue guérison. Un deuil mal vécu peut avoir des effets dévastateurs sur notre santé physique et mentale. Inversement, plusieurs endeuillés ayant terminé leur « traversée du désert » affirment que cette épreuve a été une occasion pour eux de se connaître davantage et de changer pour le mieux. Est-ce le cas de Carmen Sama ? Rien n’est moins sûr.

  • Save

Carmen Sama à l’épreuve des différents deuils qui l’ont frappé

Selon le spécialiste, il faut en moyenne deux ans pour vivre un deuil. Carmen n’en est qu’à l’an 1 du décès de sa sœur aînée. Et à 9 mois de celui de son mari. Or, l’intensité de la douleur dépend grandement de la relation qu’on entretenait avec la personne décédée et les circonstances de la mort. Tous les témoignages s’accordent pour dire que la mort brutale et tragique d’Arafat est l’une des pires souffrances psychologiques qui soient pour une jeune femme comme Carmen Sama. Cependant, tous les endeuillés passent plus ou moins par les mêmes étapes. « C’est Elizabeth Kübler-Ross, une psychiatre suisse, qui a été la première à identifier les différentes étapes que nous pouvons appliquer à Carmen Sama au regard de ses comportements de ces derniers temps », explique le spécialiste.

Lire aussi : People-Carmen Sama-Acculée sur les réseaux sociaux-Elle prend des résolutions-Les garanties qu’elle a eues des autorités

Carmen Sama-Les différentes étapes par lesquelles elle est passée

Le choc-Le déni : Tous ceux qui ont suivi l’actualité ont pu le relever : après l’enterrement de son mari, Carmen est entrée dans une sorte de bulle. A cette étape, on se sent anesthésié et détaché. On se sent même exclu de la vie normale et du monde des vivants. Certains refusent de croire ce qui arrive et vont continuer à planifier des activités avec le disparu. L’ouverture par Carmen, de la boutique Rafna Houon, le 25 janvier 2020 à Abidjan, un projet que caressait son défunt mari, s’inscrirait dans ce processus. La colère : A ce stade, Carmen, comme toute veuve, va en vouloir à son compagnon d’artiste d’être « parti », elle en veut à la vie, aux circonstances, au personnel médical, à son entourage, à ses amis, bref elle ressent une vive colère. Ceci pourrait expliquer pourquoi la jeune veuve a « fermé » et « bloqué » tous les proches de son défunt mari, de ses fidèles lieutenants (Ali Le Code, Olokpatcha…) à l’oncle (Marc Zobo) en passant par la grand-mère (Dandi Lou Amenan). La culpabilité est souvent très présente dans cette étape, souligne notre expert. Le marchandage : A ce stade, comme toute veuve, Carmen va vouloir retrouver sa vie normale, sa vie « d’avant » et elle est prête à changer radicalement pour que cela arrive. D’où le choix de la surmédiatisation soudaine de son amitié avec la sulfureuse Emma Lohoues ? Pour mémoire, Emma Lohoues était présente aux côtés de Carmen lors de la cérémonie d’ouverture officielle de la boutique Rafna Houon, le samedi 25 janvier 2020 au Sofitel hôtel Ivoire d’Abidjan. Alors ? Rien n’est moins sûr. Mais quoiqu’il en soit, ce « marchandage » médiatisé auquel se livre Carmen n’est ni, plus ni moins qu’une autre forme de déni de la réalité, rappelle notre interlocuteur. La culpabilité nourrit aussi cette étape, apprend-on.

  • Save
Carmen Sama-Emma Lohoues, une amitié qui fait bruisser la Toile

Carmen Sama- Les phases de la dépression, la tristesse et l’acceptation

La réalité nous rattrape. On comprend qu’on ne reverra plus jamais la personne décédée. On réalise que des rêves et des projets communs ne se réaliseront jamais. La tristesse nous submerge et fait parfois place à la dépression. « Tu as laissé les personnes que tu aimais le plus au monde. Et tous les préparatifs du mariage ? Finalement, j’épouse qui, dans environ 4 mois ? Et Rafna ? […] », s’est-elle déchargée sur son compte Instagram un mois après le décès de son homme. Dans la phase de l’acceptation, ici, la veuve a fait le deuil de sa vie avec le défunt, de sa vie d’avant. Elle s’habitue graduellement à sa nouvelle réalité. Elle a de nouveaux projets, de nouveaux rêves. Elle pense toujours à son défunt compagnon, mais de façon de moins constante, avec une douleur moins vive. Il est important de comprendre que chaque deuil est unique. Certaines de ces étapes peuvent être vécues avec plus d’intensité ou plus longuement que d’autres. Au demeurant, souligne l’expert, il ne s’agit pas, ici d’étapes qui suivent un ordre précis. Pendant les deux années suivant le décès de son mari, Carmen, comme toute veuve, peut éprouver de la colère un jour, une grande tristesse le jour suivant, puis de la colère à nouveau ou de la culpabilité le lendemain. Le processus de guérison (d’un deuil) prend du temps et, comme on vient de le voir, il n’est pas linéaire. Il faut accepter que certains jours seront plus difficiles que d’autres. Quand on se retrouve dans un creux de vague, on prend soin de soi, on se ménage. Inutile de tenter de prouver à soi et aux autres qu’on est fort. Oui, on allait bien la semaine passée, mais cette semaine, c’est plus difficile. Voici en substance, l’équation que devra s’atteler à résoudre Carmen Sama d’ici août 2021 qui marquera les 2 ans du décès d’Arafat Dj.

Publicités