• Save

Une importante rencontre du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), élargie à toutes les instances du parti, se tiendra, ce mercredi 29 juillet 2020, pour « analyser l’évolution de la situation politique ». A l’occasion, Alassane Ouattara devrait déclarer sa candidature ou non à l’élection présidentielle de 2020. Mais tout porte à croire que cette réunion est une formalité. Juste pour officialiser la candidature d’Alassane Ouattara déjà « bouclée, gérée » et remettre en marche la machine RHDP qui semble à l’arrêt depuis le décès brusque de son candidat-premier ministre Amadou Gon Coulibalay, le 8 juillet dernier. C’est du moins ce qu’a laissé sous-entendre Adama Bictogo à 48 heures de ce rendez-vous.

Lire aussi : Politique-Affaire l’opposition vient au pouvoir pour se venger-Marie Odette Lorougnon répond à Kandia Camara : “De quoi as-tu peur ? “

Adama Bictogo-Il porte le message de “la base”

Invité ce lundi 20 juillet 2020 sur RFI, le Directeur exécutif du RHDP, s’est prononcé sur la candidature du président sortant à la présidentielle du 31 octobre prochain. Au micro de Carine Frenk, l’homme a clairement soutenu qu’« Alassane Ouattara est le mieux placé pour battre le candidat Bédié au premier tour ». A le suivre, le président du RHDP devrait annoncer officiellement sa candidature dans les jours qui viennent. En attendant, il balaie du revers de la main toute autre velléité ou possibilité de candidatures au sein du parti, estimant qu’Alassane Ouattara reste « le ciment de l’unité du RHDP ». S’affichant ouvertement comme la tête de pont du clan AGC (Amadou Gon Coulibaly) et foncièrement anti-Hamed Bakayoko, Adama Bictogo révèle que « dès que le drame est arrivé, tout de suite la majorité des militants s’est retournée vers le Président Alassane Ouattara ». Puis, sans se laisser aller à des affirmations péremptoires, l’homme explique que de fait, Alassane Ouattara « a toujours été en symbiose avec sa base ». Le mot est ainsi lâché : la base. A moins d’un revirement de dernière minute, ce serait donc au nom de la volonté de « sa base » que le président du RHDP devrait rechausser les gants. Mais pas seulement. L’intervenant explique également que le RHDP a beau compter en son sein des cadres de valeur, aucun, aujourd’hui, n’a l’envergure pour faire face au redoutable adversaire qu’est Henri Konan Bédié du PDCI-RDA.

Lire aussi : Politique-Kemi Seba sans pitié pour Alassane Ouattara : “Il a placé un mort-vivant comme candidat…”

« A l’état actuel, il [Alassane Ouattara, NDLR] est le bon candidat, le mieux placé pour battre le candidat [Henri Konan] Bédié au premier tour », assure-t-il à cet effet. Dans la même dynamique, avouant, à demi-mots, la guerre des dauphins qui fait rage au sein du parti depuis le décès du Premier ministre, Adama Bictogo craint une implosion inévitable du RHDP, en cas de retrait d’Alassane Ouattara pour un autre candidat. « Aujourd’hui il est non seulement le ciment de notre unité et au sein du RHDP, il est notre refuge. Il est en même temps le catalyseur de toutes nos ambitions […] Pour éviter la guerre des Dauphins et pour mieux se concentrer sur la présidentielle du 31 octobre […] Pour l’heure, c’est le Président Alassane Ouattara », assure-t-il. Plus loin, à l’évocation des noms d’Hamed Bakayoko de Patrick Achi qui circulent, le Directeur exécutif opposera, encore une fois, « la base ». « J’ai du respect pour eux, mais pour l’heure ils n’apparaissent pas pour ces enjeux du 31 octobre 2020, comme étant le choix de la majorité de la base militante RHDP », déclare-t-il.

Alassane Ouattara-Deux schémas avec autant de risques

  • Save

Au demeurant, deux schémas se précisent. Dans le premier, on imagine Alassane Ouattara refusant de briguer un nouveau mandat. Il serait alors obligé de proposer un report de l’élection. Le temps de trouver et préparer un candidat de poids et de consensus RHDP. Une équation risquée, presqu’irréalisable en 6 mois. Sans oublier la position tranchée du clan AGC qui, écartant systématiquement toute autre candidature, présente l’éventualité d’un refus de Ouattara comme « trahir la détermination de la base et des cadres du parti » comme l’a clairement exprimé Adama Bictogo. Le second schéma permet au président sortant de maintenir le délai des échéances du 31 octobre et la cohésion au sein de son parti. Et dans ce cas, M. Bictogo ne se fait pas d’illusion : « Pourquoi voulez-vous qu’à trois mois des élections, nous prenions un risque alors que nous avons une certitude qui est toute établie, du fait de ce que représente le Président Alassane Ouattara ? Je ne suis pas en train de dire qu’il n’y a pas de leadership, nous sommes plusieurs cadres au sein de ce parti, de compétences diverses, de grandes compétences capables de diriger, mais je dis qu’une Présidentielle se prépare. Il nous est difficile aujourd’hui, de sortir du chapeau un leader, et le Président Alassane Ouattara reste le grand leader… », assène-t-il.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Alassane Ouattara-Hamed Bakayoko sort de son silence et confirme sa candidature-Le président Ivoirien serait sur le point de renoncer et demander un report des élections

Cependant, ici également, le chemin est loin d’être pavé de sérénité. D’abord, il y a l’annonce faite le 5 mars par le président de ne pas briguer un 3ème mandat. Mais le Directeur exécutif du RHDP estime qu’il faut nuancer. « Il est face à une situation exceptionnelle née d’un contexte nouveau, donc il revisite le contexte. Ceci étant, il avait dit que si Bédié est candidat, il pourrait être aussi candidat », argue-t-il. Ensuite, il y a la Loi fondamentale ivoirienne qui n’autorise pas trois mandats pour un président. Ici également, M. Bictogo juge que « depuis l’adoption de la Constitution, c’est une autre République […] ». Et donc le président peut se représenter. Puis de souligner que « pour nous sa candidature qui est une candidature qui obéit à un principe de devoir, ne remet pas en cause son honneur et la parole qu’il avait engagés le 05 mars ».Enfin, il y a la Communauté internationale qui suit le dossier ivoirien avec attention. Ici, le Directeur exécutif du RHDP appelle la communauté internationale à « accepter que cette fois, que le devoir ait une proéminence sur certains principes ou alors sur la position de certains pays ».

Adama Bictogo donne rendez-vous aux militants du RHDP ce mercredi

Quoiqu’il en soit, c’est peu dire que Ouattara et le RHDP font face à un véritable casse-tête chinois. Avec à la clé un minuteur implacable qui ne cesse de rappeler la pression du temps. Ouverte le 16 juillet, la période du dépôt des candidatures court jusqu’au 31 août 2020, à minuit. Le dossier de parrainage obligatoire cette année, doit intégrer le nom du candidat. « Donc je pense que les jours qui viennent, vous aurez le nom du candidat », rassure M. Bictogo. Pour rappel, parrain de la cérémonie d’hommage au regretté Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, tenue le dimanche 26 juillet 2020 par les femmes du RHDP, Adama Bictogo a lancé le message suivant : « Oui Alassane Ouattara sera le candidat du RHDP […] M. Le président, les femmes vous appellent, vos sœurs vous appellent, vos filles vous appellent, le devoir vous appelle ». Avant d’appeler ces femmes à prendre massivement part au Conseil politique du RHDP qui a lieu ce mercredi 29 juillet 2020.