• Save

Ce mercredi 22 juillet 2020, Marcel Amon Tanoh, ancien ministre des affaires étrangères a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Pour motiver sa décision à briguer la magistrature suprême, voici ce qu’a dit en substance Marcel Amon Tanoh : “Au regard de l’expérience que j’ai acquise au service de mon pays, après vous avoir longuement écouté et après avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de me porter candidat à la prochaine élection présidentielle”. Une course s’engage désormais entre lui et son ancien compagnon Alassane Ouattara. A la faveur de l’annonce de sa candidature, Marcel Amon Tanoh n’a pas ménagé le chef de l’Etat Ivoirien, à qui il a donné une véritable leçon d’humanisme.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Marcel Amon Tanoh-Le ministre des affaires étrangères confirme sa démission du gouvernement et affiche ses ambitions pour l’élection présidentielle d’octobre 2020

Extrait de ses propos : “Nous avons mené à bien de grands ouvrages, mais nous avons abandonné notre humanité. Nous avons bâti des ponts, mais nous avons oublié de construire des passerelles entre les hommes. Nous avons restauré notre image, mais nous avons renoncé à notre cœur. Cette vision a atteint ses limites et le pays s’est fortement crispé”. Justement, l’humanisme, c’est ce qui aura fortement manqué à la gouvernance d’Alassane Ouattara marquée par les emprisonnements de ses opposants. Une opposition bâillonnée, pas de liberté publique. Toute personne qui n’est pas du RHDP subit les pires injustices du pouvoir en place. C’est là toute la différence et la tâche noire sur les années d’Alassane Ouattara passées à la tête de la Côte d’Ivoire. Là où Laurent Gbagbo au pouvoir avait en dépit d’un mandat d’arrêt international qui planait sur sa tête, demandé à ce qu’Alassane Ouattara prenne toute sa place dans le giron politique Ivoirien. Jusqu’à faire de lui un candidat d’exception en 2010. Marcel Amon Tanoh a donc rappelé cet aspect des choses à son allié d’hier. Vivement qu’il fasse preuve d’un peu d’humanisme avant de se retirer de la scène politique que de répondre au malheureux appel de ses partisans qui lui demandent de briguer un troisième mandat.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.