Ce lundi 14 décembre, Alassane Ouattara a été investi officiellement président de la République de Côte d’Ivoire. Et ce, pour son premier mandat de la troisième République. Le débat sur son troisième mandat avec l’offensive de l’opposition prend ainsi fin. Comme ce fut le cas en 2000, Alassane Ouattara et le RDR n’avaient pas reconnu la victoire de Laurent Gbagbo, aujourd’hui, l’opposition Ivoirienne ne lui reconnait pas un statut légitime de chef d’Etat. Qu’à cela ne tienne, il a été investi. Et pour cette investiture, de nombreux chefs d’Etat africains ont répondu à l’appel du président Ivoirien. Dans son discours d’investiture, Alassane Ouattara a eu une adresse particulière pour chacun de ses invités, surtout les noms avec lesquels il les désignent. La plus marquante de ces appellations, restera sans nul doute, celle du président de la Guinée Bissau Umaro Sissoco Embalo qu’il appelle “mon fils”. Qui, pourtant, n’a cessé de s’en prendre violement à lui, lors de certaines de ses interviews, l’accusant même parfois de vouloir le déstabiliser.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Investiture d’Alassane Ouattara-Alpha Blondy parmi les invités-Le message qu’il a voulu faire passer

Alassane Ouattara-Voici comment il appelle Faure Gnassingbé, Nana Akufo Addo, Patrice Talon…

Pour désigner Georges Weah, président du Liberia, Alassane Ouattara dira “mon jeune frère”, là, où il appellera Faure Gnassingbé, président du Togo, “le jeune doyen”. De telles désignations illustrent bien entendu les rapports cordiaux que le président Ivoirien entretient avec ses pairs africains. Et surtout les relations particulières qu’il a, avec chacun d’eux. Roch Marc Christian Kaboré est affabulé de l’appellation “mon neveu”, puisque son père et Alassane Ouattara ont eu par le passé des liens fraternels. Nana Akufo Addo est appelé par Alassane Ouattara, “double excellence”. Quant à Denis Sassou Nguesso, son nom est tout trouvé : “Empereur”. Même si sa politique intérieure fait et continuera de faire débat, dans la sous-région ouest africaine, le leadership d’Alassane Ouattara ne se discute pas. Preuve palpable de ses excellentes relations avec bien de présidents africains.