• Save

48 heures après le drame, vendredi 10 juillet, une délégation gouvernementale conduite par le ministre de la défense, Hamed Bakayoko était au domicile de la mère du défunt aux deux Plateaux, pour présenter ses condoléances à la famille de feu le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Prenant la parole au nom de la délégation, Mamadou Touré, ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, a laissé échapper un détail sur les touts derniers instants du Premier ministre sur terre. « Nous sommes venus dire à notre maman (mère du défunt) qu’elle a perdu un fils, mais elle en a 50 autres que nous sommes. Nous ferons tout pour que la mémoire d’Amadou Gon soit honorée », a-t-il rassuré.
Puis de souligner que ce décès est une grande perte pour la Côte d’ivoire, mais également pour le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP).

Et, toujours selon lui, c’est peu après une réunion avec le chef de l’État que le Premier ministre a piqué sa crise

Lire aussi : Politique-Exclusif-Décès-Amadou Gon Coulibaly-Les regrets de sa mère-Où a-t-elle appris la mort de son fils-Ce qu’elle pensait de son ambition présidentielle

« C’était un travailleur, il nous a insufflé son amour du travail. Jusqu’au dernier jour. Il a, comme à son habitude, confié à chacun de nous l’amour du travail bien fait », a laissé entendre Touré Mamadou avec beaucoup d’émotion. Rappelant cette triste journée du mercredi, le porte-parole de la délégation a informé que feu Amadou Gon Coulibaly avait conduit le Conseil des ministres jusqu’à son terme. Et, toujours selon lui, c’est peu après une réunion avec le chef de l’État que le Premier ministre a piqué sa crise. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette version, si elle était vraie, signifie que personne ne sait ce que les deux hommes se sont vraiment dit avant le drame. Mais aussi et surtout, elle vient contrebalancer la première version qui circule sur les derniers instants du Premier ministre ivoirien. En effet, des témoignages relayés par la presse indiquent que le Premier ministre aurait piqué sa crise en plein Conseil des ministres.

Lire aussi : Paris-Amadou Gon Coulibaly-Avant sa mort-Les dernières confidences d’un séjour-En plus de la coronarographie, ce que les médecins ont diagnostiqué fin mai-L’hôtel où il a séjourné avant son retour en Côte d’Ivoire

Et que c’est Hamed Bakayoko qui, le premier, ayant remarqué que l’homme suffoquait suite à une crise de toux, a informé discrètement le chef de l’État. Qui a aussitôt mis fin au Conseil, s’est ensuite retiré dans son bureau avec Amadou Gon Coulibaly. Et a demandé par la suite qu’un véhicule transfère le candidat du RHDP à la Polyclinique internationale Sainte Marie (Pisam) à Cocody. Vrai ou faux ? Pour la famille comme pour Amadou Koné, porte-parole de la famille Gon, l’heure n’est pas à ferrailler sur les derniers instants et les conditions du décès du Premier ministre. Ce soir-là donc, il a traduit les remerciements et gratitudes de la grande famille Gon aux membres du gouvernement. « La famille ne cessera de vous dire merci pour votre soutien. Transmettez au chef de l’État et à son épouse les reconnaissances de la famille Gon Coulibaly ». Un don de 50 millions de francs CFA a été fait par les membres du gouvernement à la famille sur place.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.