Le sémillant animateur et présentateur radio télé, Yves De Mbella commémore depuis le 11 décembre, les 20 ans du décès de sa mère. A cette occasion, il a tenu à partager un témoignage émouvant à la faveur de l’acte 1 de ladite commémoration : « …Maman, tu as été extrêmement sévère avec moi. Je me rappelle de tes légendaires bastonnades quand je n’étais pas 1er de la classe, pour ma passion du football et ensuite du micro. Puis tu as passé la ceinture du bourreau à ton défunt aîné, tonton Dieudonné. Je t’ai même détestée, me demandant si j’étais vraiment ton enfant. Avec le temps, j’ai compris que tu agissais avec amour, mue par un instinct de protection maternelle. Je te dois à vie, cette rigueur avec moi-même et dans mes activités.

Lire aussi : France-Trafic de visas-Diaspora Ivoirienne-Prison de Rouen-Les dernières nouvelles de Mike le Bosso-Son état d’esprit-Des artistes cités

Je te dois aussi en partie cette sobriété (jamais d’alcool, de tabac ou de drogue, d’homosexualité et pas d’adhésion à des cercles ésotériques)

Je te dois aussi en partie cette sobriété (jamais d’alcool, de tabac ou de drogue, d’homosexualité et pas d’adhésion à des cercles ésotériques). À chaque fois que l’occasion s’est présentée au début, ton visage me hantait et par la suite, j’ai pris moi-même conscience des dangers ou des inconvénients pour ma personne. De ton vivant, je t’ai demandé pardon pour mon mauvais sentiment à ton égard et je t’ai dit merci pour m’avoir évité la déperdition. Je te les réitère aujourd’hui. 11/12/2000 – 11/12/2020, In Memoriam, 20 ans loin de toi pour toujours, mais toi gravée à vie dans mon cœur et mes pensées. Je t’aime maman ». A la suite de cette première publication forte en émotion, témoignage et révélations, ce lundi 14 décembre très tôt, Yves De Mbella a récidivé, avec cette fois-ci, en ligne de mire une ambiance mystique et mystérieuse avec la mort de l’un de ses chevaux, du nom de Bolt.

Lire aussi : People-Yves De Mbella, animateur sur Radio Nostalgie Abidjan fait des confidences : “J’ai eu la conviction que j’allais mourir à 33 ans”

Yves De Mbella : « Bolt est-il parti afin de me permettre une prolongation ? »

Yves de Mbella et ses chevaux Bolt et Abou

Yves De Mbella écrit en substance ceci : « Je souhaitais ensuite partager avec vous les deux faits pas trop banals qui se sont produits ce week-end. Vendredi matin, je commande à ma fleuriste libanaise un bouquet avec cette fois-ci une forme ovale comme un ballon de rugby; forme inspirée d’une photo envoyée la veille, de façon anodine, par mon vieux Frangin Simon Libock (thanks Bro). J’ai juste changé la couleur et le genre des fleurs. A 18h, accompagné de ma fille Cassandra, j’assiste à la Messe et à la fin, nous déposons le bouquet, complètement original, à la grotte de la Paroisse. Ce dimanche matin, en suivant la Messe en direct de Lourdes, je découvre comme par hasard le même style du bouquet en une centaine d’exemplaires.

Lire aussi : People-Après le décès de sa femme-Emmanuelle Kéïta à Suspect 95 : “En vrai, je t’aime, tu sais…”

Dans la tradition africaine, quand un cheval, blanc de surcroit, meurt, il part à la place de son maître

La meilleure, ce samedi matin à mon réveil et après l’hommage à Maman la veille, je reçois un message du propriétaire de l’écurie qui accueille mes chevaux. « Le Boss, on a veillé toute la nuit auprès du cheval qui a piqué une crise hier. Je vais essayer de me reposer et je reviens auprès de lui pour suivre le traitement ». A peine, ai-je le temps de lui demander exactement ce qui se passe qu’il m’annonce la mort à l’instant de mon cheval Bolt, le plus fougueux des deux. Curieux tout ça !. J’ai en tête les propos de mon vétérinaire qui me demandait de ne pas être si triste car dans la tradition africaine, quand un cheval, blanc de surcroit, meurt, il part à la place de son maître. Le sort a-t-il voulu que j’aille rejoindre Maman le jour des 20 ans de sa mort et Bolt est « parti » afin de me permettre une prolongation? Anyway, je suis prêt et si jamais c’était « mon heure », je me plierai à la volonté du créateur. Rip Maman, rip Bolt ». Un vent de mystère.