• Save

Avec son remuant Soukouss, Aurlus Mabelé a fait danser toute l’Afrique avec son orchestre, le « loketo » et ses chansons endiablées. Cette guitare électrisante dans le titre « zenab » lors des bals poussière dans les années 80 était un véritable régal. Hélas, ce jeudi 19 mars, Aurlus Mabélé est décédé à Paris à 67 ans avec l’avènement de cette pandémie que rien n’arrête.

Lire aussi : Gabon-La chanteuse Patience Dabany pique une grosse crise de nerfs-La raison

Paris-Décès d’Aurlus Mabelé-Le coronavirus fait une victime de plus

L’information du décès d’Aurlus Mabelé suite au coronavirus a été donnée par le journaliste de RFI, Claudy Siar. L’artiste qui a fait danser toute l’Afrique avec ses chorégraphies enchanteresses vient d’être arraché à l’affection des siens par le coronavirus. Aurlus Mabelé vivait à Paris. Qui ne se souvient pas des notes de guitare de Dali Kimoto. L’orchestre « Loketo » savait allègrement donner de la mélodie à la voix d’Aurlus Mabelé. Au delà du titre, Zenab, Aurlus Mabélé lègue des titres comme Betty, Embargo…qui se déclame avec cette belle réclame : « Avancez, avancez, loketo… ». Ces chansons auront bercé toute une génération. A la suite d’Aurlus Mabélé, on a vu un artiste comme Awilo Longomba s’inscrire dans une telle dynamique musicale. Avec son décès ce jour, l’Afrique perd l’un de ses dignes ambianceurs… »E Mayébo », ça vous dit ? Tout ça, c’était du Aurlus Mabélé.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.