Emmanuelle Kéïta est au cœur d’une guerre de clans qui ne dit pas son nom. Sur les réseaux sociaux, les alliances d’intérêt ou tacites sont connues. Et lorsqu’on se retrouve comme le cas d’Emmanuelle Kéïta, tête de proue d’un groupuscule, bonjour les dégâts. Voici ce que semble vivre l’influenceuse. A ce propos, elle a fait la publication suivante qui est révélatrice de la matrice des nouveaux outils de communication : “Internet est un formidable outil de communication, mais peut s’avérer être un instrument à double tranchant où les expressions légitimes côtoient les déclarations abusives. Et naturellement, les premières visées sont les personnes qui génèrent le plus d’intérêts tel que moi. Contrairement à la vie réelle où on s’attaque aux plus faibles, sur Internet on ne s’attaque qu’aux plus forts, histoire de susciter plus d’engouement et espérer se faire une place au soleil..”.

Lire aussi : Interview exclusive-Vidéo-Deuxième partie-Emmanuelle Kéïta-Influenceuse Web-Yvidero-Emma Lohoues-Coco Emilia et moi : “Voici l’homme qui m’a donné ma chance”-Elle revient sur le message qu’elle a adressé au président de la République

In fine, avec ce constat, et se sentant attaquée de toutes parts, elle a décidé de porter plainte contre X et Y. Des personnes somme toute, qu’elle aurait déjà localisé : “J’ai pris la décision ferme pour parer à ce problème, de le confier aux services juridiques de la diffamation et autres dénigrements injustifiés…J’ai également loué les services d’un Avocat expert en diffamation . Je vous ( mes abonnés et clients ) demande de rester calmes face à cette situation. Les adresses des protagonistes sont maintenant connues des services. Pour la première protagoniste vivant en France, précisément dans le 19 -ème arrondissement, une convocation lui parviendra. Pour la deuxième personne vivant en Belgique, un dispositif est mis en place afin qu’elle réponde de ses actes devant la justice de son pays”. Affaire à suivre.