Après la génération des Almighty, Stezo…Billy Billy a porté à bout de bras le rap Ivoire. Un groupe comme « Garba 50 » a marché dans ses pas avant de s’essouffler. Il a continué à maintenir le flambeau jusqu’à ce qu’il décide de s’établir en France depuis quelques années maintenant. Depuis l’Europe, Billy Billy a continué à chanter, à dénoncer. Son tout dernier single en date « Tapis Rouge » sorti le 14 février est un pamphlet qui restera dans les annales du rap en Afrique. Cette œuvre traversera des générations, telle elle est une critique sans filtres de la situation socio-politique sur le continent africain. En marge de son actualité musicale, Billy Billy s’est prononcé pour la toute première fois sur les conditions dramatiques de son exil.

Lire aussi : Musique-Billy Billy-Tapis Rouge-Il fait le procès des pouvoirs politiques en Afrique

Dans une interview qui sera diffusée en deux parties sur la chaîne Youtube Actupeople.net, vous découvrirez un artiste restauré. Qui, après bien d’épreuves reste positif. Il a tiré tant de leçons de ce qu’il aura vécu. La maturité et la foi, aidant, c’est un Billy Billy nouveau, mais toujours avec le verbe incisif que vous avez suivre. Dès ce jour, nous diffusons un extrait sur la chaîne Youtube Actupeople.net. Sa mésaventure à Wassakara, le camp de réfugiés en Autriche : « J’ai chanté Wassakara, je n’ai jamais reçu même un remerciement en retour. J’y ai ramené des célébrité comme Didier Drogba, Tiken Jah…J’ai décidé de rester en France parce que j’ai estimé que le monde était injuste…Il y’a eu un moment où j’ai même pensé au suicide ».