• Save

Ses proches le lui ont conseillé, dès l’éclatement de l’affaire…Et elle l’a fait. Trois jours après sa condamnation, Emma Lohoues a présenté des excuses publiques. “Pardonnez-moi ! Pardonnez à mes invités ! Je regrette”, a-t-elle posté le mercredi 22 Avril dernier sur sa page Facebook. L’exercice effectué sur fond d’un visuel illustré par sa photo exprime à merveille sa contrition. Le soin particulier qu’elle met avec la mise en scène, séance photo et créa à la faveur de ce message de présentation d’excuses ne passe pas inaperçus. C’est tout simplement un exercice de communication publique mettant à l’index des célébrités et autres personnalités. De fait, exactement comme avec la publication de sa vidéo à scandale, Emma Lohoues reste clairement dans un registre de communication avec ses excuses publiques. Elle emboîte le pas à des figures politiques européennes qui se sont déjà illustrées ainsi.

Lire aussi : Interview-Marie-France Doffou-Docteur Makeup ( Fondatrice de la marque Glow Cosmetics)-La famille Obiang-Meiway-L’Esthéticienne dit tout et fait partager un témoignage émouvant

Excuses d’Emma Lohoues après sa condamnation-Les exemples avec des hommes politiques

Les exemples sont légions. Partant de Jérôme Cahuzac à Dominique Strauss-Kahn, en passant par Nicolas Sarkozy. Mais problème : l’expérience a démontré que c’est un registre de communication qui ne suffit pas forcément à expier la faute. En 2017, fragilisé par l’affaire de l’emploi fictif de sa femme, le candidat de droite à la présidentielle française, François Fillon reconnait avoir commis une “erreur” en faisant travailler sa famille. “C’était une erreur, je la regrette et je présente mes excuses aux Français”, confessera-t-il. Poussé à s’expliquer, François Fillon s’est exprimé, demandant aux citoyens de le juger sur le plan moral. La suite, on la connait… En 2013, après un long silence, Jérôme Cahuzac, ancien ministre français du Budget, accorde une interview télévisée sur son compte bancaire en Suisse. “J’ai commis une faute morale, une folle bêtise, une folle erreur (…) J’avais une part d’ombre (…) j’ai été pris dans la spirale du mensonge”, déclare l’homme condamné à trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale et blanchiment. Ses regrets ont-ils suffi ? Toujours est-il que la carrière politique de cet ancien parlementaire s’est brisée avec ce scandale de fraude fiscale. En 2011, dans un registre charnel celui-là, c’était l’ancien directeur du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn qui lui aussi reconnaissait sa «faute morale» dans le scandale Nafissatou Diallo, au Sofitel de New York. «Ce qui s’est passé est non seulement une relation inappropriée, mais plus que ça, une faute. Une faute vis-à-vis de ma femme, de mes enfants, de mes amis, mais aussi vis-à-vis des Français qui avaient placé en moi leur espérance du changement», avait reconnu le socialiste, exprimant ses «regrets».

Lire aussi : People-Anniversaire-Justice-Emma Lohoues-Molaré-Eudoxie Yao…tout ce qu’on ne vous a pas dit sur leurs comparutions

Emma Lohoues-Ses excuses suffiront-elles ?

  • Save

En présentant ses excuses publiques dans un registre respectant tous les codes de la communication politique, Emma Lohoues tente et espère redorer son blason dans l’estime des populations. Tout comme ces personnalités politiques françaises qui ont tenté vraisemblablement de réduire le fossé qui s’est creusé entre les élus et les électeurs. Mais ces aveux d’échec ont-ils été pour autant gagnants dans les urnes ou dans l’opinion ? Rien n’est moins sûr…En janvier 2016, dans son livre confession « La France pour la vie », Nicolas Sarkozy reconnaissait humblement de nombreuses erreurs de son quinquennat. C’est l’une des cartes sur laquelle il avait misé pour réussir son retour en politique… Raté ! Pour rappel, à l’occasion de son 34e anniversaire célébré le 17 avril dernier, Emma Lohoues a organisé un show avec des amis dont Soumahoro Maury féré alias Molaré, la star ivoirienne des réseaux sociaux, Eudoxie Yao, et Le Gros Bedel dans une résidence privée. Tout se passe et finit bien. Jusqu’à ce que la people presse sur le bouton qui balance la vidéo de son show sur les réseaux sociaux. Et c’est la déflagration. Car, le moins que l’on puisse dire, c’est que les mesures barrières décrétées par les autorités dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus en Côte d’Ivoire ont été jetées aux oubliettes. Interpellés par la police lundi, puis déférés au Parquet d’Abidjan, Emma Lohoues et ses invités de marque ont écopé de 6 mois de prison avec sursis et d’une amende de 2 millions de Fcfa pour ‘’l’anniversaireuse’’ et 3 millions Fcfa pour ses ‘’complices’’. Sévèrement critiquée sur la toile, l’ex copine de feu DJ Arafat a présenté ses excuses à la nation. ‘’Pardonnez-moi ! Pardonnez à mes invités. Je regrette‘’, a-t-elle écrit sur une affiche publiée le mercredi 22 avril sur sa page facebook. Cette publication a bien évidemment suscité de nombreuses réactions des internautes dont la plupart ont apprécié l’humilité d’Emma Lohoues. Mais ces excuses suffiront-elles ?.

Publicités