Leader politique jeune, Charles Blé Goudé suit avec beaucoup d’intérêt les courants musicaux Ivoiriens. Aussi s’intéresse-t-il aux artistes faiseurs de coupé décalé, tout comme du zouglou. Normal donc qu’à l’évocation de la date du 12 août 2019, il se souvienne du décès brutal de Dj Arafat : « Oui, je suis un chinois caché », avoue-t-il dans la troisième partie de l’interview qu’il nous a accordée le 20 février dernier à la Haye. Charles Blé Goudé n’est pas seul à être fan de Dj Arafat au sein de sa famille. Sa fille a aussi pour idole la défunte star du coupé décalé. A l’instar de millions d’Ivoiriens, elle espérait jusqu’à la dernière minute que la nouvelle ventilée dans la nuit du 11 août 2019 qui a conduit au décès de Dj Arafat, soit fausse.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Pacte entre les leaders de la FESCI-Charles Blé Goudé répond à Tiburce Koffi-Ce qu’il dit de Guillaume Soro

Que d’émotions et de révélations dans cet autre épisode de l’exercice de questions réponses auquel s’est soumis le président du COJEP. Nous inaugurons ainsi avec Dj Arafat les différentes interrogations mettant à l’index les artistes et acteurs culturels. Avec la diffusion des deux premières parties, que d’émules, que de débats sur les réseaux sociaux. L’on assiste à une passe d’armes entre les partisans de Charles Blé Goudé et ceux qui sont opposés à ses idéaux. Tout cela est de bonne guerre. Cela y participe des débats d’opinions que l’on souhaite verbaux, et non fratricides. C’est surtout l’essence du message que Charles Blé Goudé a semblé passer en filigrane de l’échange de deux heures de temps que nous avons eu avec lui. Diffusion de la troisième partie de cette interview évènement, ce lundi 1er mars sous le coup de 15hGMT sur la chaine Youtube Actupeople.net.

Dj Arafat