“Lorsqu’on épouse une personne connue, l’événement est médiatisé, cela expose la femme qui, elle, n’est pas une personne publique. Donc, s’il ya séparation, voire divorce, cela devrait être porté à l’approbation de tous de sorte à ce que les différentes parties puissent entamer de nouvelles vies…”. Celle qui parle ainsi se nomme Sonia Sery. Mariée à Prométhée, lead vocal du groupe zouglou Révolution en janvier 2015, leur couple n’aura pas tenu longtemps. Et pourtant les bonnes volontés n’auront pas manqué de part et d’autre. Hélas, depuis fin 2016, le couple est arrivé à se séparer au point où l’on parle aujourd’hui de divorce. Il y’a quelques jours, excédée, Sonia Sery a ébruité l’affaire dans les médias.

Lire aussi : Abidjan-Décès de Bidi Jean Paul-Médecin particulier de Laurent Gbagbo-Ce qui l’a tué !

L’effet boomerang aura malheureusement fait passer le père de ses enfants comme une personne qui aurait abandonné, femme et enfants. Chose qu’elle s’empresse de recadrer : “Non, je ne peux pas dire que Prométhée a abandonné femme et enfants. Ma démarche n’est pas de le salir. Je veux simplement que l’on sache que notre mariage n’a pas marché malgré tout ce qui a pu être fait, tant à notre niveau que du côté des différentes familles…”. Pour étayer de sa bonne volonté, Sonia Sery donne plus de détails sur ce qu’elle a pu faire comme sacrifices afin que elle et son époux battissent une heureuse famille autour de leurs deux charmantes filles, Collin et Pharell.

Lire aussi : Zouglou-Le groupe Révolution-Divorce-Séparation avec leurs managers-Les dessous !

Sonia Sery, ex épouse de Prométhée : “Les réalités administratives françaises ont joué”

“Vous savez, être mariée en France a une implication sur les réalités administratives. Les droits des enfants et autres allocations en dépendent. Dans le cas d’espèce, avec le statut d’artiste de mon homme, j’avais pris toutes les informations afin que son statut soit reconnu et que ses revenus soient déclarés. Une démarche qui aurait eu pour avantages de nous faciliter certaines démarches administratives. Malheureusement, des incompréhensions sont nées de cette volonté de ma part. Mon époux était très souvent entre la France et la Côte d’Ivoire pour ses activités artistiques, ce que je comprends aisément…Mais toutes ces choses ont eu de lourdes conséquences sur certaines de nos allocations. Bien entendu, cela a eu à désagréger l’atmosphère dans notre vie de famille…Fin 2016, lorsqu’il est rentré à Abidjan, il n’a plus cherché à regagner le foyer conjugal jusqu’à ce qu’il m’informe pour la procédure. A ce propos, après des années de séparation, je ne suis pas contre ce divorce, mais je souhaiterais que cela se fasse dans les normes en vigueur…”.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Ministère de la sécurité-Yves Zogbo Junior-Voici le poste qu’il occupe

Prométhée : “J’ai du respect pour mon ex-épouse”

Approché après les échanges que nous avons eu avec son ex épouse, c’est un garçon plein de bon sens, avec un brin d’amertume qui a réussi à placer quelques mots : “La douleur la plus atroce, c’est lorsqu’on reçoit des coups et qu’on ne peut répondre…J’ai un grand respect pour mon ex épouse ainsi que mes enfants que je veux protéger et tenir loin de tout ce débat…La procédure de divorce est engagée puisqu’il n’y a pas de conciliation d’autant plus que nous ne pouvons plus nous mettre ensemble…”. Les incartades et autres déclarations enflammées, là, ne sont pas les soucis de miss Sery Sonia. Elle souhaite avant tout que l’image des uns et des autres soit sauf, et que l’on ne la fasse surtout pas passer pour une femme qui aurait chassé son homme surtout qu’elle aura donné tout ce qu’elle pouvait pour cette relation. Aujourd’hui, dit-elle : “Je suis libre, et je veux pouvoir entamer une vie nouvelle sans être toisée…”.