• Save

C’est la grande équation depuis le décès d’Erickson le Zulu le dimanche 16 février dernier en France à l’hôpital Henri Mondor de Créteil. Son corps sera-t-il rapatrié en Côte d’Ivoire ? C’est l’interrogation en ce moment sur toutes les lèvres. Là dessus, au niveau de ses proches, c’est motus et bouche cousue. Son manager de longue date, Youl Sayal qui s’est confié à un site d’informations a renvoyé la balle à sa famille biologique, mais promet tout de même un hommage à la mémoire de l’ami, du frère qu’il a été. Répondant à ce qu’a confié, ses proches, comme dernière volonté d’Erickson le Zulu d’être enterré à Abidjan, sa compagne Elisabeth Gogoué dans une interview accordée à Actupeople dit ceci : “C’est faux. Sa volonté n’a jamais été d’être enterré en Côte d’Ivoire. Je sais, c’était quoi la dernière volonté de mon homme. Et je ne le dirai pas tout de suite, parce que je ne souhaite pas que cela soit su maintenant. Vous verrez sa dernière volonté, mais ce n’était sûrement pas la Côte d’Ivoire”. Une vidéo de l’une des filles d’Erickson le Zulu circule sur les réseaux sociaux où on voit l’adolescente, en larmes, supplier que le corps de son père soit rapatrié en Côte d’Ivoire. A côté de ces différentes volontés affichées et bien d’à priori, il y’a le bruissement des réseaux sociaux, avec les pro Amoin Yolande ( qui, dit-on est toujours légalement mariée à Erickson le Zulu) et ceux qui soutiennent Elisabeth dans le deuil du fait d’être restée aux côtés d’Erickson le Zulu jusqu’à son dernier souffle. Mais tout cela n’est pas aussi simple que ça.

Lire aussi : Interview exclusive-Elisabeth Gogoué-La femme de l’artiste, Erickson le Zulu avec qui, il est resté pendant sept ans : « Voici, ce dont souffrait mon homme »

Obsèques d’Erickson le Zulu à Abidjan, loin des émotions, la réalité

Une réalité à plusieurs inconnus. Depuis le décès d’Erickson le Zulu, il n’y a pas un élan d’engouement de la part des autorités politiques, ni du ministère de tutelle. Ce qui veut dire à la limite, “on vous regarde…”. Dans le cas échéant, la balle est renvoyée à la famille. Il y’a celle biologique qui ne s’est véritablement pas encore exprimée. Il y’a la petite famille, celle avec qui, il a vécu pendant sept ans en France, et qui, du point de vue juridique dispose de toutes les armes légales de décision. Et sa famille d’avec Amoin Yolande à Abidjan, dont on dit avec qui, il serait encore légalement marié. Loin donc des émotions et du bruissement de la Toile où les invectives pleuvent entre ceux qui sont pour la femme avec qui il vivait, et celle d’avec qui il était marié; les choses ne seront pas aussi simples. La bagarre déjà entamée risque d’être féroce pour le lieu de la dernière demeure de l’artiste coupé décalé.