• Save

Les nombreuses marches de la société civile qui ont eu lieu ces derniers mois au Mali ont atteint ce jour, un point de non retour. L’Assemblée Nationale, la représentation du peuple vient d’être brûlée. La Télévision nationale Malienne n’émet plus depuis quelques heures. IBK devrait partir du pouvoir dans les jours à venir. Ce qui se passe actuellement au Mali rappelle étrangement le scénario Burkinabé qui avait vu l’Assemblée Nationale brûlée et sonné le départ de Blaise Compaoré après plusieurs décennies à la tête du pays des hommes intègres. La situation qui prévaut au Mali dure depuis plusieurs mois. Le 5 juin dernier, après la validation des résultats des législatives au Mali, la gouvernance d’Ibrahim Boubacar Kéïta avait été fortement contestée. Aujourd’hui, de fortes manifestations ont eu lieu dans la capitale, Bamako pour demander la démission de IBK. Avant l’épreuve de force de la rue à laquelle il fait face ce jour, apprend-t-on, IBK, avait passé quelques jours dans la discrétion la plus totale en France où il a bénéficié de quelques jours d’hospitalisation.

Lire aussi : Mali-Manifestations-IBK-Après son hospitalisation-Ses jours sont comptés

Situation au Mali-Pourquoi demande-t-on le départ d’IBK ?

Le lot des faits que l’on reproche à IBK sont énormes. Sur le plan social, le Mali semble être au point mort. Ecole inexistante. Plusieurs revendications sociales. Pour le présentateur d’une émission télé qui avait intervenu sur la chaîne Africable lors d’un débat, la parole est muselée au Mali. Dit-il, l’intérêt personnel passe avant l’intérêt national. Ce qui fait que le peuple meurtri demande la démission pure et simple du président IBK. Justement, pour l’un des intervenants sur le plateau lors de ce débat, une chose est de demander la démission du président IBK, mais quelle alternative sera-t-elle proposée aux maliens. Et ce, d’autant plus que les réalités sont partout pareilles dans la quasi totalité des “petits pays très pauvres” en Afrique. Toujours est-il qu’en ce jour avec l’Assemblée Nationale en feu, la télévision nationale coupée, avec ces fortes manifestations, les maliens qui n’en peuvent plus de tristes situations sociales sans issue auxquelles IBK ne donne pas de réponses plausibles veulent un changement tout simplement.