• Save

Plutôt discret depuis quelques années sur la scène musicale, Noël Dourey vient de se rappeler à la mémoire des mélomanes, avec une chanson dédiée à… Amadou Gon Coulibaly, le défunt Premier ministre ivoirien et candidat RHDP décédé le 8 juillet dernier. A l’occasion d’une rencontre à sa résidence sise à Cocody-Angré, l’homme qui se présente comme un « artiste engagé » a levé le voile sur sa vision et réaffirmé ses convictions profondes…

Lire aussi : Election Présidence de la Fédération Ivoirienne de Football ( FIF)-Et si on faisait de Didier Drogba un candidat d’exception ?

Après tant d’années de silence, c’est quand même curieux que vous signiez votre retour avec une chanson de louange à un homme politique, en l’occurrence, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, disparu récemment, non ?

D’abord ce n’est pas juste de dire que cela fait des années que je suis silencieux, parce que même récemment encore, pendant le confinement, je faisais des concerts virtuels avec orchestre. C’était des shows diffusés sur ma page, compte tenu du fait qu’on ne pouvait pas s’exprimer dans le cadre de la Covid 19 qui a conduit à la fermeture des lieux de spectacles. Ensuite, je signale que je suis, par ailleurs, membre du Bureau politique du Rassemblement des Houphouétistes pour le Développement et la Paix (RHDP). Je suis donc ambassadeur du RHDP, j’ai choisi d’avoir des accointances politiques avérées et je pense, enfin, que s’il y a un médecin au sein du Bureau politique du RHDP, on n’ira pas chercher ailleurs quand il s’agira de soigner un membre du RHDP malade. Tout cela pour dire que cette chanson obéit à une logique qu’on peut comprendre facilement.

  • Save

Simplement parce que chaque artiste travaille comme il peut et comme il veut, selon ses inspirations, sa vision, etc. Je ne fais pas le tour des habitations pour demander aux mélomanes ce qu’ils aimeraient que je leur chante

Et si nous laissions le militant RHDP pour laisser parler l’artiste Noël Dourey qu’on n’entend plus depuis le célèbre titre ‘’Salut’’ ?

‘’Salut’’ est sorti il y a 20 ans, et il y a eu d’autres productions comme ‘’Louange Marie’’ la mère de Jésus-Christ ou encore ‘’Je reviens du Golf’’ sorti après la crise postélectorale. Mais ‘’Salut’’ reste à ce jour le titre qui a marqué tous les esprits et aussi ma carrière. Je suis déjà flatté de constater que vous suivez mon travail en tant qu’artiste, mais je voudrais rappeler que la finalité de notre métier d’artiste-chanteur, ce n’est pas une course à la production d’albums, non. L’artiste, c’est celui qui sent les choses qu’il fait, mais surtout qui fait des choses qui marquent. C’est cela, pour moi, l’artiste. Aujourd’hui, il vous sera difficile de citer beaucoup d’artistes qui sortent une seule chanson qui traverse le temps pendant 20 ans. Simplement parce que chaque artiste travaille comme il peut et comme il veut, selon ses inspirations, sa vision, etc. Je ne fais pas le tour des habitations pour demander aux mélomanes ce qu’ils aimeraient que je leur chante, mais je respecte mon métier et je continue d’exercer mon métier.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Exclusif-Présidentielle 2020-Troisième mandat-Dans le secret des conclaves qui vont contraindre Alassane Ouattara à déclarer sa candidature-Jean-Yves Le Drian et Macky Sall cités-Ce que les chefs de l’Armée ont promis

Revendiquez-vous toujours la casquette d’artiste engagé que vous revendiquiez en 2010 pendant la crise postélectorale ?

Écoutez, en sortant une chanson pour AGC (Amadou Gon Coulibaly), ce n’est pas l’œuvre d’un maçon, c’est une œuvre signée d’un artiste engagé politiquement. Et il y a beaucoup d’artistes, chanteurs, musiciens qui sortent des œuvres pour des hommes politiques. Bob Marley a chanté pour les Jamaïcains. Mais on l’a vu démarcher et envoyer les deux ténors de la politique jamaïcaine qui se détestaient à l’époque comme chien et chat sur le même podium. Moi, je ne chante pas la guerre, je chante l’amour, la gaieté, l’unité, je chante le progrès, je chante le développement…Ce n’est pas antinomique au fait que je sois un artiste engagé. Je suis avant tout un citoyen.

Moi j’aimerais bien qu’on me montre quelqu’un qui exerce un métier et qui n’en tire aucun profit, qui ne mange pas. J’aimerais bien voir quelqu’un qui se lève le matin, qui a une femme et des enfants et pour qui humer l’air est la meilleure des choses pour assumer ses responsabilités

Il se trouve que cela fait dire à certains dans le milieu que vous êtes un ‘’artiste alimentaire’’ qui fait tout cela pour sa poche…

Moi j’aimerais bien qu’on me montre quelqu’un qui exerce un métier et qui n’en tire aucun profit, qui ne mange pas. J’aimerais bien voir quelqu’un qui se lève le matin, qui a une femme et des enfants et pour qui humer l’air est la meilleure des choses pour assumer ses responsabilités. Vous savez, il ne faut pas se mentir, il faut être vrai dans la vie. Dans le milieu, on assiste à des comédies avec des gens qui n’ont pas de coffre, je dirais à la limite qui n’ont pas les c… Ils n’assument pas ce qu’ils sont réellement. Moi, je ne peux pas être un pédé pour nourrir mes enfants. C’est vrai, aujourd’hui, j’ai des accointances politiques, mais ce n’est pas la politique qui a fait Noël Dourey. Je me suis affirmé et assumé d’abord en tant qu’artiste. Et ensuite, j’ai épousé une vision. Sinon, croyez-vous que le RHDP est là depuis 1920 ?

Non…

J’ai chanté pour Houphouët-Boigny, je suis celui qui ai réuni tous les artistes à l’époque où ou tout le monde insultait Houphouët-Boigny, parce que l’art a cette capacité de mobiliser, d’immortaliser des figures, des moments. Il y a des artistes qui n’ont jamais vu Nelson Mandela, Kwame Nkrumah ou Thomas Sankara, mais qui ont chanté pour eux. Mais pourquoi ne dit-on pas qu’ils l’ont fait pour leurs poches ? Qu’ont-ils, en termes de talent, en termes d’inspiration plus que moi ? Pourquoi veut-on faire croire que celui qui a chanté hier Steeve Biko, ce n’est pas pour sa poche ? S’ils ne l’ont pas fait pour de l’argent, ils l’ont fait pour quoi, alors ? Il faut qu’on se respecte, il faut qu’on respecte le travail des artistes. Et en même temps, chacun doit savoir la vision qui porte son travail d’artiste. Je l’ai dit récemment encore après avoir écouté le titre ‘’Président on dit quoi’ ’de mes jeunes frères Yodé et Siro, je les ai appelés pour les féliciter.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Amadou Soumahoro-Malade-Le Président de l’Assemblée Nationale en France pour des soins ?-Quand un lanceur d’alertes publie son numéro de passeport

Aujourd’hui, au soir du mandat de Ouattara à la tête du pays et à l’aube des prochaines élections, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Je suis un homme heureux, un homme comblé. Voyez le 3è pont qui porte le nom d’Henri Konan Bédié. On me dira que c’était des projets qui existaient bien avant, mais ils n’ont pas été mis en œuvre. Et ce n’est pas l’argent qui a manqué dans ce pays. À moins qu’on ne me dise que l’essentiel c’est d’initier des projets sans les réaliser, à un moment ici, on nous a parlé de ‘’la Côte d’Ivoire utile’’. On a vu des gens ici transportant des mallettes d’argent, mais rien n’a été fait. On mettait tout sur le compte de la guerre pour être opaques sur les comptes, avec des détournements de toutes sortes. Et quand quelqu’un arrive et réalise cela en l’espace de trois ans, pourquoi dois-je bouder mon plaisir ? Retenez l’adage qui dit ‘’Paris ne s’est pas fait en un jour’’.

Allez-y au Nord, à Korhogo, vous verrez comment la magie du développement a opéré. Le bilan de mon engagement est des plus satisfaisants, je suis heureux et serein.

Quand on parle de la continuité de l’État, c’est de cela qu’il s’agit. Toutes ces voies bitumées que vous avez vues en arrivant chez moi, n’existaient pas. Les automobilistes cassaient leurs moteurs ici au quotidien, il y avait de l’eau partout ! Chez moi à Guibéroua, on a un Ministre, on a eu un Vice-président de l’Assemblée nationale, une Secrétaire d’État, on a des Sénateurs, des Conseillers économiques et sociaux… Depuis Houphouët-Boigny jusqu’à Laurent Gbagbo, ça ne se n’est jamais vu ! Allez-y au Nord, à Korhogo, vous verrez comment la magie du développement a opéré. Le bilan de mon engagement est des plus satisfaisants, je suis heureux et serein.

  • Save

Qu’en est-il également avec les projets de couverture maladie et de logement que vous aviez lancé au profit des artistes ivoiriens, il y a quelques années ?

Je vais même aller plus loin, pour dire qu’il y a également des projets sociaux. Alors que d’autres prétendaient qu’il n’y a jamais eu de femmes tuées à Abobo gare lors de la crise postélectorale, que c’était du bissap (jus de tamarin) et tout, j’ai été à Abobo, avec un groupe d’artistes dont N’Guess Bon Sens. Nous y sommes allés avec des vivres et des non-vivres pour rencontrer et consoler les familles endeuillées à la mairie d’Abobo. Ce jour-là, l’émotion était à son comble. Je ne remercierai jamais assez Mme Massandjé Touré qui était alors la Présidente du Conseil Café-Cacao. Pour en revenir à votre question, vous savez que les artistes exercent un métier libéral. Et tout le monde sait comment se passent les choses en termes de revenus. Il y a quatre ou cinq qui émergent, mais pour le gros du lot, je dirais qu’ils tirent le diable par la queue. Or, une opération immobilière demande un financement, des garanties si c’est sous forme de crédit, etc. Pour vous dire que les projets lancés sont toujours à l’étude, on y travaille. Tous les pouvoirs publics sont d’accord aujourd’hui qu’il faut que les artistes aient un toit, il faut qu’ils aient de quoi se soigner.

Lire aussi : Election Présidence de la Fédération Ivoirienne de Football ( FIF)-Exclusif-En conclave depuis ce matin-Après un vote à bulletin secret-Les arbitres de Côte d’Ivoire choisissent Didier Drogba

Vous êtes aussi le président du Conseil de gestion du Palais de la culture d’Abidjan. Comment gérez-vous la crise de la Covid 19 là-bas ?

Le Palais de la culture d’Abidjan est une institution, donc une administration qui est toujours au travail. Il n’y a pas que les spectacles, il y l’aspect journalier, l’entretien et le maintien en l’état des lieux, l’aspect administratif…, qui ne s’arrêtent pas. Les mails, les reports de dates, des simulations, l’entretien des installations qui ne peuvent pas attendre. Donc nous continuons de travailler en attendant la reprise des activités de spectacles. Concernant la culture en général, Mme Raymonde Goudou, la ministre de la Culture fait un travail remarquable. Elle a créé une plateforme sur laquelle tous les artistes peuvent s’exprimer librement, poser leurs cas, leurs préoccupations et elle est à l’écoute. Elle nous a dit : ‘’nous sortons d’une situation difficile avec le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, mais je suis avec vous, nous allons trouver des solutions, pour ne pas que les artistes soient les grands perdants de la crise de la Covid 19’’. Et les artistes dans leur ensemble lui ont témoigné déjà leur reconnaissance. Aujourd’hui, il y a plus de mille artistes qui ont perçu 300 mille FCFA pour les aider à subvenir à leurs besoins. D’autres aussi sont dans des filets sociaux de 25 mille FCFA, c’est un bon travail qui se fait et pour moi, c’est important de le souligner.

Après l’inhumation du défunt Premier ministre, également le candidat du RHDP, l’heure est au choix d’un nouveau candidat. Que pensez-vous du débat qui a lieu depuis quelques temps sur la possibilité pour le président Alassane Ouattara de rempiler pour un 3è mandat ?

D’abord je n’ai assisté à aucun débat de ce genre, pour être franc avec vous. Ensuite, je crois que ceux qui doivent prendre les décisions les prendront sûrement au moment venu. Donc il difficile pour moi d’avancer déjà des choses que je ne peux pas prouver. Jusqu’à preuve du contraire, Alassane Ouattara est toujours le Président de la République. Amadou Gon Coulibaly, paix à son âme, qui était notre candidat n’est plus. Le dépôt des candidatures court jusqu’à la fin de ce mois de juillet, il y a encore du temps, donc attendons de voir.

Un 3è mandat, ça n’existe pas. Nous sommes dans la 3è République.

Mais en tant que militant du RHDP, seriez-vous dans le groupe de ceux qui militent pour le choix d’un autre candidat ou pour un 3è mandat pour Alassane Ouattara ?

Un 3è mandat, ça n’existe pas. Nous sommes dans la 3è République. Et ici, le président Ouattara a-t-il déjà fait un mandat dans cette 3è République ?

C’est ainsi que vous détournez le sujet ?

Oh que non ! Je ne détourne pas le sujet. Je dis lorsqu’on parle de 3è mandat, est-ce à dire que le président a déjà fait deux mandat dans la 3ème république ? Je suppose que ceux qui parlent de 3è mandat savent des choses que je ne sais pas. Sinon, pour ma part, je ne sais pas combien de mandat il a déjà fait dans la 3è République…

  • Save

Lire aussi : Election Présidence de la Fédération Ivoirienne de Football ( FIF)-Parrainage-Revirement-Les arbitres vont-ils lâcher Sory Diabaté pour Didier Drogba ?

Revenons-en à la chanson que vous avez sortie pour AGC….

C’était une chanson que nous avons préparée pour le soutenir et l’accompagner pendant sa campagne. Malheureusement le sort en a décidé autrement. Personnellement, il y a très longtemps que je connaissais Amadou Gon Coulibaly. C’était mon petit frère de Cocody. À l’époque, on lui avait attribué le nom Vié et c’est ainsi que tout le monde l’appelait. Mais je l’ai connu plus à la faveur de la crise postélectorale en 2010, au Golf Hôtel. J’ai vu un travailleur acharné. Il avait tous les dossiers. C’est lui qui avait en matière économique, le mot qu’il fallait face au Président de la république qui est lui aussi un économiste. Et je savais qu’il aimait les artistes. C’est moi qui ai lancé sa campagne aux Législatives de 2016 à Korhogo. C’est moi qui lui ai offert le concert à Gagnoa quand il est venu dans le Gôh en Janvier, avec le ministre de l’Économie et des Finances, Adama Coulibaly et M. Yousouf Fadiga, Directeur général de la BNI. Et on n’oubliera pas ce moment où le premier ministre s’est levé, a pris le micro à Bailly Spinto pour chanter en chœur avec lui. C’était un homme du peuple et c’est en cela que je dis c’est une grosse perte pour la côte d’Ivoire. J’ai un seul mot pour le résumer : altruiste.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.