Adama Dahico, comédien, metteur en scène, artiste de talent, écrivain, le Coluche à l’Ivoirienne, candidat aux élections présidentielles de 2010 n’est pas du tout content. Et il le fait savoir ouvertement à travers l’interview qu’il a accordée à Actupeople. Surtout lorsqu’il s’agit d’aborder pour lui, le sujet Dj Arafat. Il ne porte pas de gants et lâche : “On aurait pu éviter la mort de Dj Arafat”.

Lire aussi : Interview-David Tayorault ( artiste-arrangeur) : « Dj Arafat dérangeait beaucoup de personnes…on l’a interpellé »

Comment avez-vous appris le décès de Dj Arafat ?

Je suis passé par l’endroit où il a fait l’accident de moto le même soir du drame. A la suite de mon dernier spectacle du FIRA le 12 Août dernier, j’ai emprunté cette même voie pour rentrer chez moi. C’est 20 minutes après mon passage étant chez moi que l’on m’appelle pour me dire que Dj Arafat vient de faire un accident en cet endroit là, non loin du pont Soro.

Comment avez-vous vécu cette disparition ?

C’est vraiment triste et choquant. Le lendemain de son décès, j’ai fait la publication suivante : “L’artiste, mon fils, en temps normal, c’est le fils qui enterre son père et non l’inverse”. Que son âme repose en paix. Parce que 33 ans, il était dans la fleur de l’âge. Il avait pourtant beaucoup à donner.

Lire aussi : Dj Arafat-Ses danseurs Rufy et Super en France-Le rôle joué par le comité d’organisation des obsèques de l’artiste coupé décalé

La Côte-D’Ivoire regrettera t-elle ce talent musical coupé décalé ?

Je crois que la mort de Dj Arafat en même temps que c’est une grosse perte pour ce pays, elle doit être aussi une raison pour le ministère de la jeunesse de la Côte d’Ivoire de prendre conscience que lorsqu’un enfant de ce pays vend l’image du pays, il ne doit plus être considéré comme n’importe qui. Il faut créer les conditions de son épanouissement, de son encadrement professionnel et même familial. Arafat en avait vraiment besoin.

C”est très dangereux pour la suite de la carrière d”un artiste..

Dj Arafat aurait vécu des moments difficiles les derniers mois avant sa mort ?

C’est un jeune homme qui avait besoin d’amour à un moment donné. Il se créait lui-même cet amour là, pour démontrer aux gens qu’il s’aimait lui-même et qu’il avait besoin d’être aimé.

Il aurait été combattu, boycotté. Hors micro, vous étiez visiblement très remonté contre les détracteurs de l’artiste…

Il ne faut pas qu’on soit hypocrite. Dans ce même pays, on a vu qu’à un moment donné, Arafat était persona non grata dans tous les domaines d’activités, que ce soit sur certaines chaines de télévision, des marques et sponsors. Et aujourdhui, ces gens se lèvent pour venir verser des larmes de crocodile. Franchement c’est dommage. J’ai très mal vécu cela. Comme si ces derniers là n’ont jamais commis d’actes nocifs pour nuire à la carrière du jeune homme. Franchement, on aurait pu éviter la mort de Dj Arafat.

Vous semblez manifestement en vouloir à ses détracteurs ?

Ecoutez, je me mets à la place de ce garçon. Parce qu’à un moment donné dans ce pays, c’était pareil pour moi Adama Dahico. Voyez-vous, vous ne pouvez pas être au sommet de votre art, faire rayonner la culture de votre pays à l’extérieur et à l’intérieur de votre nation, et pour une raison ou une autre, vous êtes victimes de censure sur des chaines de télé dans votre propre pays. Et quand les choses se passent ainsi, tous les partenaires qui vous accompagnent vous lâchent et vous fuient évidemment. C’est très dangereux pour la suite de la carrière d’un artiste. Cela peut amener un artiste à se suicider s’il n’a pas le moral haut. Je profite en même temps pour dire aux uns et aux autres qu’on fasse quand même attention. Parce que dans ce pays nous avons tous les mêmes droits et devoirs. Quand on est forts, il faut qu’on arrête d’écraser les faibles.

….

Dj Arafat, à un moment donné, a été lâché et abandonné. Et quand c’est ainsi, c’est la dépression. Un père de famille qui va s’asseoir seul dans un maquis en train de boire du matin au soir, c’est tout simplement parce qu’il est isolé. Alors, pourquoi on va rendre visite à nos malades dans les hôpitaux, c’est pour leur rappeler qu’ils ne sont pas seuls, et que nous sommes avec eux. Si le malade se sent tout seul, il va crever.

Quel hommage selon vous pour la mémoire de Dj Arafat ?

C’est dur et difficile, sa disparition. Il faudra faire en sorte que lors de ces deux jours des obsèques, qu’il n’y ait pas de débordement. Les Chinois sont très nombreux, il faut qu’ils soient exemplaires et disciplinés afin que leur leader, Dj Arafat ait des funérailles dignes.