• Save

Dans ses rendez-vous hebdomadaires sur les réseaux sociaux, Copa Barry a eu un invité de taille ce samedi 25 juillet en la personne de Zahoui François, ex sélectionneur de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire, finaliste malheureux de la Coupe d’Afrique des Nations en 2012. Depuis son départ du poste d’entraîneur du onze Ivoirien, Zahoui François s’était jusque-là mué dans un silence total. Mais Copa Barry à travers sa lucarne “Copa fait son match”, est arrivé à lui arracher des secrets, des révélations inédites, tant en rapport avec les Éléphants de Côte d’Ivoire qu’à propos de sa famille. Au sujet des raisons de son limogeage à la tête de l’équipe nationale, on retiendra selon les dires de Zahoui François “sa trop forte personnalité et une certaine rigueur dont il avait fait preuve lorsqu’il avait en charge le coaching des Éléphants”.

Lire aussi : Football-Centrafrique-Zahoui François, l’ancien entraîneur des Éléphants raconte l’incendie de sa maison : “Tout a brûlé sauf ma bible…”

  • Save

“Vous savez, même au temps où j’étais joueur, je n’acceptais pas les immiscions des autorités au sein des vestiaires. Je me rappelle avoir dénoncé une intervention de Laurent Dona Fologo, alors ministre des sports lors d’une Coupe d’Afrique des Nations à laquelle nous avions pris part. Lorsque j’ai été nommé sélectionneur de l’équipe nationale, j’ai tenu à ce que les dirigeants n’interviennent pas dans mes choix. Et cela a été respecté. Mais pour la suite qui a sanctionné ma non reconduction, je peux en déduire que ma forte personnalité dérangeait”. C’est ce que l’on pourrait retenir des raisons qui auront amené les dirigeants de la Fédération Ivoirienne de Football d’alors à se séparer de Zahoui François. A propos du fameux penalty raté par Didier Drogba lors de la finale de 2012 face à la Zambie, après bien de versions, sous l’impulsion de Copa Barry, Zahoui François a mis fin au débat : “Ce que je peux dire, par rapport aux penalties, il y avait une hiérarchie bien établie. La première personne désignée pour tirer les penalties était Didier Drogba. En second, il y avait Yaya Touré et la troisième personne, c’était Salomon Kalou…”. A propos de ce qui fait sa force, Zahoui François a laissé échapper un lourd secret familial : “J’ai mes enfants, dont l’un dialyse depuis tout petit et un autre qui est diabétique. Quand je vois mes enfants se battre au quotidien, malgré qu’ils soient malades, cela me donne beaucoup de force en plus de la prière”. Bien d’anecdotes auront fusé lors de cette partie de questions réponses comme celle que Zahoui a confié à propos de Kolo Touré : “Lorsque je suis allé les voir ( Kolo et Yaya Touré) à Manchester City, ils ont été surpris de savoir que j’avais évolué dans le championnat Italien à la même période que leur entraîneur d’alors, Roberto Mancini. Lorsqu’ils l’ont su, cela a inspiré un certain respect et m’a aussi donné plus de convictions dans le rôle que j’avais à diriger les Éléphants de Côte d’Ivoire”.