• Save

A ‘ESPN’, Eric Bailly a évoqué ses derniers mois sous les ordres de José Mourinho à Manchester United et, a indirectement critiqué le travail de l’entraîneur portugais, l’homme qui l’a recruté chez les Red Devils, en le comparant à Ole-Gunnar Solskjaer, l’actuel coach de Manchester United. Répondant donc à une question en rapport avec José Mourinho, il dira en substance ceci : « C’est important de pouvoir travailler avec quelqu’un qui a été joueur, qui comprend les situations que peut traverser un joueur », a relaté l’international ivoirien. Avant de poursuivre : « Le football n’est pas un sport qui se joue seulement sur le terrain. C’est aussi tout ce qui entoure un match et ce sont des choses que les gens ne voient pas, normalement ». S’il a sévèrement taclé José Mourinho, Eric Bailly, qui a joué cinq matches cette saison après être revenu d’une grave blessure, a cependant fait l’éloge de Solskjaer : « C’est quelqu’un qui comprend tout cela et qui aide beaucoup l’équipe. En plus d’être entraîneur, il est une personne normale. C’est comme un oncle pour nous et avoir quelqu’un comme lui dans le club donne plus de force aux joueurs ».

Lire aussi : Manchester United-Eric Bailly-Retour de blessure-Prolongation de son contrat-Il parle pour la première fois : « Malgré tous les moments difficiles… »

Eric Bailly et José Mourinho-Les derniers moments n’ont pas été heureux

Au vu des confidences du défenseur des Éléphants de Côte d’Ivoire, Eric Bailly à ESPN, l’on peut déduire que ses derniers moments à Manchester United sous les ordres de José Mourinho n’ont pas été du tout gais. Le portugais, actuel entraîneur de Tottenham laissait pratiquement Eric Bailly sur le banc, avant qu’intervienne son limogeage par Manchester United. Cette décision avait d’ailleurs été saluée ouvertement par Paul Pogba, qui lui, avait des rapports tendus avec le special one.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.