On pourrait lui donner le sobriquet de prince du Youssoumba sans coup frémir. Tel, Anelka Mouziki aura dédié sa vie à ce genre musical de la côtière. Depuis les années 2000, il s’est lancé dans la musique. Coaché par Claude Bassolé, producteur de renom, Anelka Mouziki n’a pu décoller. Mais il y’a un an, il a signé son retour sur la scène. Avec un album dont l’intitulé est “Etat d’urgence” avec le titre “Grand Lahou”, un cri de cœur pour cette ville qui l’a vu grandir : “La mer est en train de tout empoter dans la région de Grand Lahou. Les cimetières, les villages, les maisons, tout croule sous l’avancée de l’eau.

Lire aussi : People-Mariage Vitale-Le rôle joué par l’artiste coupé décale, Abou Nidal de Genève

Il était important pour moi de décrier cette situation lamentable que vit Grand Lahou”. Outre cette belle pensée pour son agglomération, Anelka Mouziki veut perpétuer l’héritage de ses aînés que sont les groupes Aboutou Roots, Beba Roots, A Nous Petits, les Youlés…des ensembles musicaux, qui, de par leurs mélopées enchanteresses ont permis au Youssoumba de se faire une place dans le microcosme musical Ivoirien. Dans l’entretien vidéo qu’il a accordé à Actupeople.net, on découvre un garçon plein d’entrain, qui, en dépit des épreuves traversées veut se faire une place dans la musique.