Les réseaux sociaux sont un bel exutoire. Un espace de libre opinion. Un ras-le-bol, l’envie de dénoncer une situation, la volonté de soutenir une cause. Afficher sa sympathie pour un leader politique. Et la vocation nait. Celle de cyberactiviste. Sur les bulles de filtres versus Côte d’Ivoire, ils pullulent à foison, avec des thématiques diverses, se démarquant les uns, des autres. Même si elle n’est pas une boulimique des réseaux sociaux, Guessan Lou Nazié Christelle porte de la voix. Dit-elle, je partage les mêmes valeurs que Charles Blé Goudé, du coup je me sens plus proche de lui. Une proximité qui prend aussi sa source du fait de son lieu de résidence. Guessan Lou vit en Hollande. Avec un bon niveau de langue et des phrases bien structurées, elle captive les milliers d’internautes qui la suivent via ses pages Facebook et Youtube. Elle nous a accordé cet entretien où elle revient en quelques traits sur sa vocation de cyberactiviste.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Ce qu’il faut savoir sur la plainte de Laurent Gbagbo contre l’armée française

Qui est Guessan Lou Nazié Christelle ?

Guessan Lou est une femme mariée, mère au foyer qui a trois enfants dont une fille et deux garçons. Je suis née dans la ville de Sinfra en Côte d’Ivoire. Je suis issue d’une famille de dix enfants. Je réside en Hollande depuis 21 ans maintenant. J’y suis arrivée en 2000.

Depuis peu, on te voit très active sur les réseaux sociaux, comment cela est venu ?

Ma venue sur les réseaux sociaux a une explication toute simple. J’ai une certaine rage en moi. Et j’avais également cette volonté manifeste de me faire entendre. J’ai tenu à ma manière à dénoncer l’injustice qui se vit en ce moment dans mon pays, la Côte d’Ivoire. Les réseaux sociaux sont l’espace pour moi, modestement d’en appeler à l’union de mes frères qui se trouvent malheureusement divisés aujourd’hui du fait de la politique. En tant que citoyenne Ivoirienne vivant loin de son pays, c’est le seul canal que j’ai pour m’exprimer et me faire entendre.

Le premier thème que tu as eu à développer traitait de quoi ?

Le premier thème que j’ai eu à développer était en rapport avec le racisme en Tunisie dont est victime les Africains noirs. Ce jour-là, j’étais très en colère, mais aujourd’hui j’essaie d’être modérée. Même si je dois dénoncer un fait, je le fais avec mesure. Il est clair que certains faits sont assez révoltants, mais il faut savoir y mettre la manière. Avec le temps, j’ai beaucoup appris quant à mes différentes prises de parole.

Lire aussi : Charles Blé Goudé-Ce qu’il prévoit après son retour en Côte d’Ivoire : “Mes ambitions ne sont pas au dessus de la vie de mes concitoyens…”

Tu abordes plusieurs sujets. On te retrouve même sur des thématiques politiques. Ton idéologie se rapproche beaucoup plus de celle de quels leaders politiques ivoiriens ?

Sur les réseaux sociaux, celui dont je me rapproche sur le plan idéologique est le président Laurent Gbagbo, le opah national. Il y’a aussi le président Charles Blé Goudé. Je me retrouve dans les idées promues par ces deux leaders politiques. Modestement, je crois pouvoir apporter quelques idées et pourquoi pas un jour, offrir mes services à leurs côtés pour ma nation.

Des cyberactivistes qui parlent politique, quels sont ceux dont tu trouves les prises de parole assez pertinentes ?

Je pourrais citer Okossyssi, Kassoum Wattara. Je les trouve bons et percutants dans leurs registres. Au passage, je salue toutes ces mamans et bien de personnes qui ont bataillé et continuent de le faire pour que triomphe la justice en Côte d’Ivoire.

Connais-tu la cyberactiviste proche de Guillaume Soro du nom de la Guêpe ?. Si oui, que penses-tu d’elle ?….A ceux qui pensent que tu es sur ses traces, que réponds-tu ?

Non je ne la connais pas personnellement. Je trouve tout de même que “La guêpe” fait un bon boulot. Elle est bien dans ce qu’elle fait, mais je trouve dommage que Guillaume Soro, le leader dont elle se réclame ait un passé qui ne soit pas beaucoup apprécié de bien d’Ivoiriens. Mais en somme, c’est toute cette pluralité d’opinions qui fait la Côte d’Ivoire.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Charles Blé Goudé-Après l’accord de leur retour par Alassane Ouattara : “Je veux servir d’instrument pour la paix dans mon pays…”

Quels sont tes rapports avec le président du Cojep, Charles Blé Goudé surtout que tu vis en Hollande et que tu as déjà eu à le rencontrer

Mes rapports avec le président Charles Blé Goudé sont fraternels. C’est mon compatriote. C’est un grand frère et en même temps, il est mon président. J’ai décidé de le soutenir parce que j’ai vu l’injustice dont il a été victime. En tant qu’une vraie patriote, je me devais d’être à ses côtés et mener avec les autres Ivoiriens la lutte qui a été la nôtre jusqu’à leur libération définitive.

Pour d’aucuns, il serait bien positionné pour être le futur président de la Côte d’Ivoire…ton commentaire

Ils n’ont pas torts de penser ainsi parce que je pense comme eux. Moi qui ai eu l’occasion de le voir assez souvent, je peux vous confirmer qu’il a une vision large et précise de la côte d’Ivoire et de l’Afrique en général.