• Save

A l’instar des serviteurs de l’église ivoirienne comme l’apôtre Yao Bio, Benjamin Boni, Yaye Dion Robert…L’archevêque Kassi d’Azito était un bâtisseur. Décédé ce samedi 16 mai 2020, il avait bâti un grand temple aux encablures de la commune de Yopougon Niangon sur les sols d’Azito. Un serviteur qui a gagné des milliers d’âmes pour la gloire de Dieu. Parmi ces âmes, l’on compte le trublion pasteur Makosso Camille, dont il restera le père spirituel. Kassi d’Azito, c’était un homme de Dieu sobre, loin du bling bling de la nouvelle génération des pasteurs de l’église évangélique en Côte d’Ivoire.

Lire aussi : Religion-La femme du pasteur Makosso Camille est décédée-Ce qui l’a tué-Les confidences de l’un de ses proches

Décès de l’archevêque Kassi d’Azito-Il s’était réconcilié avec Makosso Camille

Bâtisseur discret, sa tranqulité avait été mise à mal par l’un de ses fils, le pasteur Makosso Camille. Un conflit naîtra entre les deux. Ils vont se réconcilier lorsque la femme de Makosso Camille décède le 28 mars dernier. Le pasteur controversé très suivi sur les réseaux sociaux décide d’aller annoncer la triste nouvelle à Kassi d’Azito qui demeure son père spirituel. Ce samedi, c’est d’ailleurs Makosso qui a rendu public le décès de l’archevêque Kassi d’Azito : “Ceci est un coup dur pour le révérend général Camille Makosso. Après le décès de son épouse, il vient en ce jour de perdre celui qui lui a donné sa chance dans le ministère, son père spirituel, son mentor, l’archevêque, Kassi d’Azito”.