• Save

Né le 26 janvier 1986, Houon Ange Didier dit Dj Arafat s’en est allé le 12 août 2019. Laissant derrière lui des millions de fans de la musique coupé décalé dont il était devenu une star incontestable en l’espace de 16 ans de carrière musicale. Comment le petit nouchi qui a fait ses armes sur les platines du maquis Shangaï de Yopougon-Rue Princesse à 14 ans s’est installé dans le cœur des mélomanes Ivoiriens. Avec une image de bad boy entretenue à dessein, il était pourtant aux antipodes de ce qu’il renvoyait comme comportement dans la société. A ce jour, aucune biographie ne retrace avec dextérité le passage sur terre de Dj Arafat.

Lire aussi : Dj Arafat-Avant sa mort, il a laissé un symbole à l’un de ses danseurs

Mais des journalistes qui ont suivi son parcours ont pu à maintes fois dresser son portrait en quelques lignes. Un journaliste people qui a été aux premières heures du coupé décalé a confié un pan de sa vie à www.actupeople.net : “La véritable première animation de Dj Arafat sur une production musicale s’est faite sur la toute première oeuvre de Dj Jacob. Il assuré avec maestria l’introduction de la chanson “Atalaku Méga” qui figure sur l’album “Carton Rouge” de Dj Jacob, oeuvre sortie en début d’année 2003. C’est à la fin de la même année que Dj Arafat a sorti son premier single intitulé “Jonathan”. Avec cet opus, il s’envole dans la foulée en France où il restera jusqu’à son retour en 2006 avec le single “Abidjan Paris” en featuring avec Christy B et Dj Serpent Noir. Entre temps, il aura catapulté sous l’impulsion de David Monsoh depuis Paris, le titre, “Ma chérie, faut pas pleurer”. La détonation sonne avec l’avènement de la danse “Kpangbô” en 2007. Dj Arafat ne s’arrêtera plus”. Derrière ses faux airs de bad boy, se cachait pourtant un garçon docile, taquin, chambreur, resté gamin et altruiste à souhait. Comme le témoigne le journaliste people qui raconte cette autre anecdote : “En 2012, avec Kpankpaka et bien de titres, Dj Arafat était au summum de son art. Un promoteur de spectacles le signe au Burkina Faso où au passage, il avait doublé quelques années auparavant des promoteurs de spectacles. La tâche n’était donc pas aisée lorsque le promoteur en question avait annoncé Dj Arafat au pays des hommes intègres. Le jour du départ, il a même failli rater de peu le vol. Dans ses gamineries ( l’un de ses traits de caractère), juste pour s’amuser, Dj Arafat est descendu du taxi qui les amenait à l’aéroport, et a demandé au promoteur de spectacles qui le produisait au Burkina Faso de le porter au dos”. Une scène pour rigoler, mais c’était ça, du Dj Arafat.

Lire aussi : Dj Arafat-Retour sur les circonstances de sa mort-Les confidences du manager de la terrasse où il était

Un brin taquin, qui, pour les besoins du marketing musical s’était forgé une image. Or, en réalité, ce n’était qu’un garçon timide, les rêves, pleins, la tête, qui, hélas se sera endormi à jamais à seulement 33 ans. Un an après sa disparition, ce mercredi 12 août 2020, ses fans, à travers bien de commémorations lui rendront de vibrants hommages de par le monde. Adieu Daïshi. Repose en paix Yôrôbô.