Le décès de l’ancien premier ministre, Hamed Bakayoko a été l’actualité marquante du mois de mars en Côte d’Ivoire. Le mélodrame a commencé à se jouer au mois de février. Des rumeurs font état de ce qu’il est malade. Par la suite, on apprendra qu’il aurait été empoisonné. L’on annonce également son évacuation en France pour des soins. Au niveau du gouvernement, on entretient le flou, aucune communication, aucun éclairci. La rumeur enfle. Et des personnalités sont nommément citées. Téné Birahima Ouattara, frère du président de la République est accusé d’avoir empoisonné celui que l’on surnomme, Hambak. C’est très tard la nuit du vendredi 5 mars, que la présidence de la République produit enfin un communiqué pour dire que l’état de santé d’Hamed Bakayoko s’étant aggravé, qu’il restera encore longtemps en France. Le samedi 6 mars, les rumeurs sur son décès circulent sur les réseaux sociaux. Le lundi 8 mars, Téné Birahima Ouattara est nommé ministre de la défense par intérim. Le mercredi 10 mars, officiellement, la nouvelle du décès d’Hamed Bakayoko est rendue publique.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Patrick Achi et Tené Birahima Ouattara intérimaires d’Hamed Bakayoko aux postes de Premier ministre et ministre de la défense-Quel message Alassane Ouattara veut-il faire passer aux Ivoiriens ?

De plus bel, le doigt accusateur est pointé sur Téné Birahima Ouattara qui détiendrait un poison qui aurait permis d’assassiner l’ancien député de Séguéla. Malgré toutes ces allégations, l’accusé n’a jamais fait le moindre démenti. Mais selon le journaliste, Fernand Dédeh qui fait cette révélation dans sa chronique quotidienne, il aurait versé des larmes sur son tapis de prières. Ecrit-il ceci : “Téné Birahima Ouattara, on le réduit à l’image de son aîné. On lui colle juste l’étiquette de “photocopie”. Ses détracteurs oublient qu’il a toujours été là, depuis la création du RDR en 1994. Qu’il a toujours géré les finances de ce parti. Après l’arrivée au pouvoir de son frère aîné, il a pris beaucoup de place au palais présidentiel. Il a la haute main sur le nerf de la guerre, mais aussi sur les renseignements. Discret, loin des banquets, plus à l’aise à Ferkéssédougou et à Kong qu’Assinie, Téné Birahima Ouattara intrigue plus d’un dans la sphère politique. Ce musulman pieux, a coulé des larmes sur son tapis de prières après “toutes les méchancetés déversées sur lui” suite au décès du premier ministre Hamed Bakayoko. Il a toujours travaillé en sous-marin. Il est désormais à découvert…”. Sans commentaire.

Téné Birahima Ouattara, Ministre de la défense et son frère, le président de la République, Alassane Ouattara