C’est sous la présidence de Jacques Chirac en 2002 qu’une rébellion armée dirigée à cette époque par Guillaume Soro, que la Côte d’Ivoire fut divisée en deux. Le décès de l’ancien président français survenu ce 26 septembre 2019 à 86 ans ne semble pas être un sujet d’intérêt pour la classe politique ivoirienne. Guillaume Soro, secrétaire général des forces nouvelles du temps de la présidence de Jacques Chirac a tenu à rendre hommage à l’homme d’Etat français.

Lire aussi : Reggae-Alpha Blondy : « Je n’aime pas qu’on me désigne comme le Bob Marley africain »

Guillaume Soro : “Le président Chirac demeure dans notre mémoire”

«C’est avec une forte émotion et non sans nostalgie que j’apprends ce jeudi 26 Septembre 2019, la nouvelle de la disparition de Son Excellence Monsieur Jacques Chirac, ancien Président de la République Française. Je salue la mémoire de ce grand homme d’Etat que j’ai eu le privilège de connaître. En effet, fraîchement arrivé à Paris courant janvier 2003 pour les négociations de l’Accord de paix de Linas-Marcoussis, je rencontrai le Président Chirac par l’intermédiaire de l’ancien Ministre des Affaires Étrangères et ancien Premier Ministre de la République Française d’alors, M. Dominique de Villepin. Surpris visiblement de voir ce « gamin » venu de Bouaké, le Président Chirac me scruta du regard avec une sorte d’incrédulité. Par la suite toutefois, nous nous vîmes à plusieurs reprises à Paris, à Libreville et à Ouagadougou.

Lire aussi : Congo-Koffi Olomidé arrêté : Les raisons !

Se noua ainsi, au fil de nos expériences communes, une affection que me confirma sa fille Claude Chirac qui me reçut à déjeuner à Paris. Le Président Jacques Chirac demeurera dans notre mémoire un grand ami du continent Africain. Un homme d’Etat qui avait une haute estime pour l’apport de l’Afrique à la marche du monde. Tout en m’inclinant respectueusement devant la mémoire du défunt, j’adresse à l’endroit de son épouse Bernadette et de sa fille Claude Chirac, mais aussi au Peuple ami de France, mes plus sincères et profondes condoléances ».