• Save

Ce qui se joue en Côte d’Ivoire est triste, alarmant et désespérant. La classe politique RHDP pousse Alassane Ouattara à briguer un troisième mandat. Même si la constitution ne le permet pas, et que lui-même semble y renoncer, de plus en plus de voix s’élèvent pour le soutenir dans cette voie sans issue. Sidi Tiémoko Touré, ministre de la communication s’est invité au débat. Et cela n’a pas échappé au journaliste Ivoirien Serge Bilé qui a pondu ce coup de gueule, reflet de la triste situation politique du pays : “Lu dans la presse ivoirienne ce matin, ce titre en rouge qui reprend l’assertion d’un ministre à Abidjan. On m’a toujours dit qu’il n’y a qu’un imbécile pour prendre les gens pour des imbéciles. Je vais finir par le croire. Tous ces griots et vautours ne pensent ni à leur peuple, ni à leur pays, ni même à la santé de celui qu’ils flattent, en nous refaisant le coup de l’homme providentiel, « réclamé » et donc irremplaçable.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Présidentielle 2020-Alliance PDCI-FPI-GPS-Ce qui n’a pas été dit-Pourquoi Laurent Gbagbo et Guillaume Soro sont si confiants quant à leur participation à l’élection

  • Save
L’interview du ministre Sidi Tiémoko qui a fait réagir le journaliste Serge Bilé

Qu’ils soient politiciens, journalistes, artistes ou autres, la seule chose finalement qui leur importe c’est de savoir comment ils vont continuer à « manger » et à préserver leurs intérêts, en poussant un président de la République à manquer à sa parole et à tripatouiller pour confisquer un pouvoir pour quelques années encore. La scène politique ivoirienne est désespérante avec, dans chaque camp, des dinosaures qui ne veulent pas se retirer, sous les applaudissements de jusqu’aux-boutistes qui refusent de comprendre que le monde a changé et que notre monde doit changer en laissant la place aux Thierry Tanoh, Ahmed Bakayoko, Affi N’guessan, Jean-Louis Billon et/ou d’autres. Ces vieux dirigeants sont persuadés que rien ne peut se faire sans eux, au point d’oublier ou de feindre d’oublier que les cimetières sont remplis de gens qui eux aussi se croyaient… indispensables”. Sans commentaire.