Les présidents Ivoiriens Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo se sont enfin rencontrés ce mardi 27 juillet sous le coup de 17heures au palais de la présidence de la République de Côte d’Ivoire, comme cela avait été annoncé quelques jours auparavant. Que retenir de cette rencontre que les Ivoiriens attendaient de tous leurs vœux, dixit Alassane Ouattara. Après un tête à tête en présence de leurs proches collaborateurs, les deux présidents se sont adressés à l’opinion. Une adresse de 6 minutes résumée ainsi. Introduit par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, le président Laurent Gbagbo qui a pris la parole en premier a laissé entendre en substance ceci : “Je suis venu rendre visite au président Alassane Ouattara que je connais depuis longtemps. Nous avons parlé fraternellement, amicalement. Je suis heureux de cette discussion que nous avons eue parce qu’elle était très détendue. J’en suis fier. J’ai souhaité que de temps en temps, on puisse avoir ce genre d’entretien qui détende l’atmosphère dans ce pays. En ce qui me concerne, j’ai surtout parlé avec le président, j’ai insisté sur les prisonniers qui ont été arrêtés au moment de la crise de 2010-2011 et qui sont encore en prison. Je l’ai dit au président, et vous serez d’accord avec moi.

Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara ce mardi 27 juillet au Palais de la Présidence Abidjan- Côte d’Ivoire

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Laurent Gbagbo-De retour à Abidjan-Il évoque le décès de sa mère en larmes

J’étais leur chef de file et moi je suis dehors aujourd’hui. Eux, ils sont en prison. J’aimerais que le président fasse tout ce qu’il peut pour les libérer. Le président a les moyens. C’est lui qui juge de l’opportunité, des moyens et du moment pour ces libérations. J’ai insisté sur ça. A part ça, on a parlé de la Côte d’Ivoire qui doit aller de l’avant. Qui doit marcher, qui doit se parler, qui doit discuter…”. A sa suite, dans un éclat de rire, Alassane Ouattara s’est exprimé : “Mon cher Laurent, merci d’être venu pour cette rencontre que tout le monde demandait d’ailleurs. Mais les gens ne savent que nous nous sommes parlés. Que nous sommes des amis depuis des décennies, ce qui ne nous rend pas jeunes. Par conséquent, les calendriers et les opportunités nous ont amené à avoir cette rencontre aujourd’hui. J’en suis ravi. C’est surtout le peuple de Côte d’Ivoire qui attendait cela avec beaucoup d’impatience. Maintenant, c’est chose faite. J’aimerais que nous puissions nous en féliciter d’avoir eu cette rencontre qui a été cordiale et fraternelle. Laurent est mon jeune frère, c’est mon ami. Bien sûr, il y’a eu cette crise qui a crée des divergences, mais cela est derrière nous. Ce qui importe, c’est la Côte d’Ivoire, la paix pour notre pays. Comme l’a dit Laurent, il faut qu’on avance pour nous et les prochaines générations. Je voudrais réitérer à mon frère mes condoléances pour les décès de maman, Gado Marguerite et Abdouramane Sangaré, tous les deux sont partis alors qu’il était absent du territoire. Je lui ai dit que nous avions une pensée pour eux.

Lorsque j’ai perdu ma mère alors que j’étais en exil, Laurent Gbagbo a facilité mon retour pour que je puisse prendre en charge les funérailles. C’est quelque chose que je ne peux pas oublier…

Que nous continuons de prier afin qu’ils reposent en paix. Une maman, c’est très important pour nous tous. Lorsque j’ai perdu ma mère alors que j’étais en exil, Laurent Gbagbo a facilité mon retour pour que je puisse prendre en charge les funérailles. C’est quelque chose que je ne peux pas oublier. Je voudrais témoigner en cela et dire que ça été un moment douloureux, je sais, pour toi. Je te réitère toutes mes condoléances. Nous avons parlé bien sûr de la paix pour notre pays, la nécessité de renforcer la cohésion sociale, la réconciliation nationale. Nous sommes convenus de nous revoir de temps en temps. Certainement après le mois d’août, pour continuer ces entretiens et associer le moment venu d’autres personnes à ces entretiens. Il est important que les uns et les autres puissent comprendre que nous avons décidé qu’il était important que nous puissions rétablir la confiance. Et de faire en sorte que les Ivoiriens se réconcilient, et surtout se fassent confiance également. Ces évènements ont été douloureux. Il y’a eu des morts, trop de morts. Nous devons avoir cela derrière nous. Et travailler sur l’avenir, la cohésion et la réconciliation. Nous avons un beau pays. Que la Côte d’Ivoire continue de progresser, d’aller de l’avant. Laurent, je te remercie et je te dis à très bientôt”. Quid des interprétations des uns et des autres et bien d’émotions, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo par cette rencontre, donnent ainsi une chance à la Côte d’Ivoire d’aller de l’avant. L’échange qu’ils ont eu referme dix ans de crise. Une ère nouvelle s’ouvre-t-elle ainsi pour la vie politique en Côte d’Ivoire ?. L’on est en phase d’y croire et surtout de voir tout cela conforter avec des actes concrets pour le développement de ce hub de l’Afrique de l’Ouest.

Laurent Gbagbo salue des proches du président Alassane Ouattara sous le regard amusé d’Adama Bictogo