• Save

Vincent Toh Bi Irié est candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020 dont la date butoir pour le dépôt des candidatures est prévue pour ce lundi 31 août 2020 à 00h en heure locale. Si l’on s’en tient à plusieurs vidéos et photos à l’effigie du désormais candidat à l’élection présidentielle, publiées sur les réseaux sociaux, l’ancien Préfet d’Abidjan aurait donc déposé sa candidature auprès de la Commission Nationale Électorale. Pour certains de ses proches avec qui, nous avons échangé , cette candidature est un secret de polichinelle. Pour preuve, l’ancien Préfet d’Abidjan, après plusieurs consultations et observations de l’évolution de l’actualité politique s’était décidé depuis de longs mois à jouer les premiers rôles de sorte à apporter l’alternance démocratique dont a tant besoin, les ivoiriens. Fonctionnaire international, Vincent Toh Bi Irié a un vaste réseau dont le centre névralgique est dans le milieu des affaires aux Etats Unis d’Amérique où il a séjourné plusieurs fois en toute discrétion. Proche de certains hommes de Tidjane Thiam, il aurait bien d’accointances avec le banquier.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Après sa démission, le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irié annoncé au cabinet d’Hamed Bakayoko-Pourquoi cela n’est pas possible

Pour de vrai, la candidature annoncée de Vincent Irié Bi Toh pour cette année 2020 n’est qu’un ballon d’essai. En magistrat averti et homme de droit très cultivé, il sait que sa candidature ne sera pas acceptée. Les dispositions en la matière sont aussi claires comme l’eau de roche : “CODE ÉLECTORAL 2020 – Section 2 : Des conditions d’éligibilité et d’inéligibilité-Article 50-Ne peuvent être acceptées pendant l’exercice de leurs fonctions et pendant les six mois qui suivent la cessation de celles-ci, de quelque manière que ce soit, les candidatures à l’élection du Président de la République, de : membre du Conseil constitutionnel ; membre de la Cour de cassation, du Conseil d’Etat et de la Cour des Comptes ; magistrat ; MEMBRE DU CORPS PRÉFECTORAL ; agent comptable central et départemental ; président et directeur d’établissements ou d’entreprises à participation financière publique ; fonctionnaire ; militaire et assimilé ; membre de la Commission chargée des élections”. Pour avoir démissionné il y’a à peine un mois, Vincent Toh Bi Irié sait que sa candidature ne sera donc pas acceptée. Il se projette et lance un message tout de même assez clair pour les échéances de 2025. Toujours est-il que la Côte d’Ivoire devra compter dans les années à venir avec ce magistrat émérite et chevronné.