A l’instar du scandale du Watergate, une affaire d’espionnage politique qui amena le président américain d’alors, Richard Nixon à démissionner, la Côte d’Ivoire vit depuis quelques jours ce qu’on pourrait appeler le Makossogate. Une affaire dont le point culminant s’est joué ce mercredi 17 mars 2021. Tout commence par des révélations du lanceur d’alertes, Chris Yapi qui attribue une note vocale à Camille Makosso. Mécontent de l’audio a lui attribué, le pasteur Camille Makosso décide de rétablir les faits à travers un direct Facebook. Replaçant les choses dans leur contexte, il explique que la note vocale dont Chris Yapi dit dater du 13 mars 2021 n’a été réellement envoyée que le 28 juillet 2020. Dans un premier temps, il ne veut révéler le nom de la personnalité à qui, il a envoyé la note vocale. Mais dans la manipulation de ses différents fichiers au cours de son direct Facebook, on se rend à l’évidence qu’il s’agit du ministre Sidiki Konaté. Le pot aux roses est découvert. Et cette information ne peut plus rester cachée.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Hommage de la nation à Hamed Bakayoko-Les confidences de son épouse, Yolande : “Ma foi est inébranlable”

Démasqué ainsi, Chris Yapi ressurgit pour faire un parallèle entre le ministre Konaté Sidiki et le tout nouveau ministre de la défense de Côte d’Ivoire, Tené Birahima Ouattara. Arguant que si Camille Makosso évente le nom de Konaté Sidiki, c’est parce qu’il sait que ce dernier est en froid avec le frère du président de la République. Il n’en fallait pas plus, pour que Makosso Camille veuille en remettre une énième couche. Cette fois-ci, il dit ouvertement que c’est au ministre Sidiki Konaté qu’il a envoyé la note vocale. Et que ce dernier l’aurait par la suite transféré aux services de Tené Birahima et du ministre de l’intérieur d’alors, Hamed Bakayoko. Poursuivant son explication, il reçoit un appel du ministre Touré Mamadou, alors qu’il est en direct sur Facebook. Il dit à ce dernier que Konaté Sidiki est la taupe qui donne toutes les informations de la République à Guillaume Soro qui les ventile sous l’avatar Chris Yapi. Dans son élan, il répète le numéro que le ministre Touré Mamadou lui donne au téléphone. Un scandale en perspective qui secouera fortement dans les jours à venir, l’univers politique Ivoirien.