Marcel Amon Tanoh aura appris à ses dépens que ne s’oppose pas à Alassane Ouattara, qui veut. Même pas un an après sa démission au poste de ministre des affaires étrangères. Et un timide acte de candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2020, le voici rentré dans les rangs. Dans la nuit de ce lundi 25 janvier 2021, il a publié un message dont le but est tout trouvé. Renouer les liens avec Alassane Ouattara dont les méthodes sont connues. Humilier publiquement quiconque ose s’attaquer à lui. Marcel Amon Tanoh a essayé. Il est obligé de se déculotter publiquement tout en présentant ses excuses à celui avec qui, il rappelle ses “liens historiques”.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Candidature éventuelle pour la présidentielle-Guillaume Soro adoube Marcel Amon Tanoh : “J’ai toujours apprécié ce monsieur que je trouve courageux…”

J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses

Voir Marcel Amon Tanoh demander pardon aujourd’hui à Alassane ouattara tranche avec le personnage courageux que Guillaume Soro présentait il y’a un an. Dans une autre lettre ouverte, en mars 2020, Guillaume Soro rappelait également à la conscience populaire le rôle joué par Marcel Amon Tanoh au sein de la rébellion. Tous ces faits d’armes, jadis vantés par Guillaume Soro s’écroulent, ainsi, comme un château de cartes avec la sortie de Marcel Amon Tanoh ; qui bien entendu, lui permettra de se rapprocher à nouveau d’Alassane Ouattara.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Lettre ouverte-Guillaume Soro révèle le rôle de Marcel Amon Tanoh dans la rébellion de septembre 2002

Marcel Amon Tanoh demande pardon à Alassane Ouattara : “Je présente mes excuses publiques au Chef de l’Etat”

Dans cet extrait du long pamphlet produit par Marcel Amon Tanoh, la démarche est sans équivoque. L’ancien ministre des affaires étrangères reconnait avoir mal agi en s’opposant à Alassane Ouattara, et lui demande pardon : “… J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses, et à exprimer mes regrets aux ivoiriens. Cependant, je tiens à rappeler que dès 1993, il y a de cela 28 ans, quelques mois avant le décès du président Félix Houphouët Boigny, j’ai pris fait et cause pour monsieur Alassane Ouattara, alors qu’il était premier ministre et que beaucoup considéraient déjà qu’il n’était plus fréquentable. En effet, mon engagement politique a toujours été motivé par la lutte contre l’injustice et les discriminations, de quelques natures quelles soient. Ce combat, je continuerai à le mener. C’est la raison pour laquelle je reste convaincu que sans réconciliation nationale, pour cicatriser nos blessures, nous ne pourrons pas mener sereinement ce pays vers une plus grande prospérité, et surtout un partage inclusif de ses richesses”.

Marcel Amon Tanoh : “Je présente mes excuses au Chef de l’Etat…”