• Save

Guillaume Kigbafori Soro a-t-il enfin commencé le grand déballage et à ainsi livrer les secrets de la rébellion de 2002 ? . Ce mercredi 25 décembre 2019, par la voix de Affoussiata Bamba Lamine qui s’est adressée à l’opinion nationale et internationale, Guillaume Soro avoue enfin avoir fait le coup d’état en septembre 2002 pour le compte de Alassane Ouattara : “En date du 23 décembre 2019, le procureur de la République de Côte d’Ivoire, Monsieur Adou Richard, lors d’une déclaration télévisée a indiqué que l’ex président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire, est sous le coup d’un mandat d’arrêt international au motif de tentative de déstabilisation et de détournements de deniers publics. Le président de GPS tient à informer l’opinion nationale et internationale de la vacuité de ces charges. Il n’échappe à personne que ceci est du dilatoire.

Lire aussi : Annoncé en France-Guillaume Soro prend un engagement ferme !

En réalité, toute cette entreprise vise piteusement à écarter monsieur Guillaume Kigbafori Soro de la course à la présidence de la République pour l’élection de 2020. Toutefois, au nom de la manifestation de la vérité, monsieur Guillaume Soro s’exprimera clairement et avec limpidité sur chacun des faits. Pour l’heure, nous tenons à préciser à l’opinion nationale et internationale qu’en ce qui concerne l’opération immobilière d’une résidence pour le compte d’une société civile immobilière, elle s’est effectuée en 2008, du temps où monsieur Laurent Gbagbo était président de la République de Côte d’Ivoire. Monsieur Guillaume Soro, premier ministre de la République de Côte d’Ivoire, Monsieur Charles Koffi Diby, ministre de l’économie et des finances, monsieur Amon Tanoh Marcel, ministre de la construction.

J’invite monsieur Alassane Ouattara à faire preuve de la même clarté et limpidité relativement à certaines opérations financières…

Aussi convient-il d’inviter monsieur Alassane Ouattara à faire preuve de la même clarté et limpidité relativement à certaines opérations financières du trésor public pour son compte dans la même période équivalente, à savoir quand monsieur Laurent Gbagbo était président de la République, Guillaume Soro, premier ministre, Charles Koffi Diby, ministre de l’économie et des finances, Coulibaly Tiémoko Mellié, Directeur de cabinet de Guillaume Soro en tant que premier ministre, et actuel gouverneur de la BCEAO, Fofana Issiaka, directeur financier de la primature. En ce qui concerne l’accusation fallacieuse de déstabilisation qui reposerait sur un enregistrement audio, Monsieur Guillaume Kigbafori Soro tient à rassurer les Ivoiriens qu’il reconnait une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002 pour le compte de l’actuel président de la république, Monsieur Alassane Dramane Ouattara….”