• Save

La présidence de la République de Côte d’Ivoire n’avait jamais été aussi prompte dans la diffusion d’un communiqué, que celui publié il y’a un peu plus d’une heure de temps, soit vers 1heure du matin en heure locale. Une communication, réactive certes, mais intrigante à la fois. Dès que des lanceurs d’alerte ont donné l’information sur l’état de santé du premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, in extenso, le communiqué de la présidence de la République n’a pas tardé. Quid d’un contrôle médical comme mentionné dans ledit communiqué, l’on apprend sous manche que le premier ministre ivoirien aurait été victime d’une crise cardiaque. Pour des spécialistes interrogés, si tel est que Amadou Gon Coulibaly a pu être victime d’une crise cardiaque, et que, dans la foulée il a été réanimé, pourquoi l’avoir évacué en France, d’autant plus que dans le cas d’un arrêt cardiaque, il n’y aurait pas d’urgence en la matière. Deuxième point d’intrigue, la célérité avec laquelle le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko a été nommé premier ministre par intérim.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Malade-Après le Maroc-Le premier ministre Amadou Gon Coulibaly évacué d’urgence en France-Le communiqué de la présidence

Amadou Gon Coulibaly malade-Hamed Bakayoko, premier ministre par intérim

“Le contrôle médical”, selon le communiqué de la présidence de la République, du premier ministre Amadou Gon Coulibaly devrait durer beaucoup plus longtemps que prévu. Si l’on s’en tient à la nomination sine die du ministre de la défense, Hamed Bakayoko, au poste de premier ministre par intérim. Pour une actualité au sommet de l’état, dit-on, le président Alassane Ouattara a dû quitter illico Assinie où il a pris ses quartiers depuis le confinement. Les heures à venir seront très suivies du côté d’Abidjan.

Publicités