Depuis son acquittement définitif le 31 mars dernier devant la Cour Pénale Internationale ( CPI), les supputations vont bon train quant au retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire. Aucune date n’a encore été fixée. L’on se contente tout simplement de la formule suivante : “Il rentrera lorsque toutes les conditions seront réunies…”. Quand on sait qu’au chapitre de celles-ci, Alassane Ouattara souhaiterait voir l’ancien chef de l’état Ivoirien loin du champ politique, l’on douterait fort de ce schéma si l’on s’en tient à l’agenda caché révélé par son porte parole, le ministre Koné Katinan. En recevant les coordinations de la jeunesse du Front Populaire Ivoirien, Koné Katinan est revenu sur la longue et périlleuse lutte menée depuis le 11 avril 2011. Aussi dira-t-il : “Nous combattons un système depuis 700 ans. Nous avons obtenu une grande victoire face à l’ONU. Et même les rapports de la CPI le disent. L’Onu a pris parti pour un camp lors de la crise Ivoirienne. Et donc lorsqu’on en vient à bout d’un telle machine, on a certes la victoire modeste, mais n’en demeure que celle-ci reste une victoire éclatante…”.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Les dessous du communiqué du ministre Alain Lobognon-Ce message de son épouse qui en dit long : “Je n’avais pas de Ruinart pour étancher ma soif…”

Dans le même élan, lors de son intervention, il a appelé les militants du FPI à pardonner et aller à la réconciliation. La perspective, pour lui, c’est de conquérir à nouveau le pouvoir d’Etat. Et sur ce point, il ne s’embarrasse pas de fioritures : “Moi, mon souhait est que Laurent Gbagbo soit à nouveau le président de la république de Côte d’Ivoire”. Un message clair comme de l’eau de roche. Même si le concerné a, dans un ouvrage publié, annoncé vouloir s’offrir une retraite paisible dans son village, cette sortie de son porte parole, bien entendu en phase avec la base de son parti ne va-t-elle pas l’amener à revoir sa position ?. Une chose est sûre. Si au RHDP, Alassane Ouattara n’arrive pas à faire émerger un candidat potentiel, et qu’au PDCI, Henri Konan Bédié ne fait que déplacer les pions, au FPI, Laurent Gbagbo est plus que jamais à la barre. La bataille de 2025, même si elle est dans quatre longues années annonce déjà les couleurs.