Ce mardi 15 décembre par un communiqué de la présidence de la République, le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a procédé à un réaménagement du gouvernement. Le plus grand gagnant de ce réaménagement est Konan Kouadio Bertin dit KKB, candidat malheureux à l’élection présidentielle d’octobre 2020. Il est nommé ministre de la réconciliation nationale. Sa nomination fait suite à l’annonce faite hier par Alassane Ouattara, qui souhaite par un tel ministère, donner sa chance à la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire. Plus qu’un ministre de la réconciliation nationale, Konan Kouadio Bertin porte sur ses épaules les espoirs de tout un peuple qui n’attend que ça. Une véritable réconciliation avec tous les acteurs politiques Ivoiriens. Vu que par le passé, il s’est fait chantre du retour de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à qui, il a rendu visite plusieurs fois, Konan Kouadio Bertin pourra-t-il réussir où bien de tentatives sont restées vaines ?.

Lire aussi : Politique-Affaire : “Ils n’ont pour seul diplôme que leur extrait de naissance”-Bonaventure Kalou répond au président du conseil constitutionnel : “On n’est pas plus sage que le commun des mortels…”

Konan Kouadio Bertin-La réconciliation nationale passera par lui

Konan Kouadio Bertin se voit récompenser pour avoir accompagné Alassane Ouattara aux dernières élections. Cela est un fait. Mais devenir le premier ministre de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire où des commissions avaient échoué, pouvons-nous enfin espérer que de par son activisme, il amènera Alassane Ouattara à lâcher enfin du lest ?. La nomination de Kouadio Konan Bertin au poste de ministre de la réconciliation nationale suscite en tout cas un réel espoir. Diomandé Vagondo, précédemment, ministre de la protection civile vient d’être nommé ministre de l’intérieur en remplacement de Issa Diakité, décédé. En attendant la nomination d’un nouveau gouvernement les jours à venir, Alassane Ouattara veut faire vite en s’attaquant à un chantier des plus importants de sa magistrature, la réconciliation nationale.

Laisser un commentaire