Silencieux depuis de longs mois, l’occasion était trop belle pour la star du reggae africain. Alpha Blondy a profité de l’hommage rendu par les artistes à la mémoire d’Hamed Bakayoko pour adresser un message cinglant à la classe politique Ivoirienne. « Vous jouez avec le feu », paroles extraites de son titre « le feu » tiré de l’album « Merci » sorti en mars 2002, a servi de paravent pour son réquisitoire. Alors que le ministre Touré Mamadou avait trouvé-là l’occasion de remercier le public en fredonnant des notes du titre « Sébé Allah », Alpha Blondy a voulu le prendre à témoin : « Vu que tu es un homme politique, j’ai un message pour vous ». Et voici Jagger entonnant son titre « le feu ». Une adresse symptomatique de la situation politique en Côte d’Ivoire.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Politique-Le Makossogate en marche-Il tient le ministre Konaté Sidiki coupable de fuites d’informations et divulgue le numéro de Touré Mamadou en direct-Tout sur une affaire sur fond de guerre à Guillaume Soro et Chris Yapi

Pour les plus alarmistes, l’on serait sur un brasier qui pourrait s’enflammer à tout moment. Pour d’aucuns, la guerre froide bat déjà son plein. Par ailleurs, dans cette chanson, Alpha Blondy dit en substance ceci : « Vos querelles sempiternelles font la louange de la géhenne. Et avec vos querelles personnelles, vous nous éclaboussez de votre haine. Vaut mieux une fin effroyable qu’un effroi sans fin. Vous vous trompez de guerre parce que vous vous trompez d’adversaire ». L’on n’aurait trouvé rien à rajouter, telles les paroles de cette chanson sont descriptives de ce que les Ivoiriens vivent depuis plus de dix ans. L’on a constamment la peur au ventre. Impuissants, l’on assite à la guerre des héritiers, voire des alliés. Une mise en garde de trop d’Alpha Blondy, qui, une fois de plus tombera dans des oreilles de sourds. La fin effroyable dont il parle ici est-elle inévitable pour la Côte d’Ivoire ?. La question reste posée.