Ce mercredi 17 mars, la nation Ivoirienne rend hommage au premier ministre, Hamed Bakayoko. Décédé le 10 mars dernier à Fribourg en Allemagne, il sera conduit à sa dernière demeure ce vendredi 19 mars dans sa ville d’origine, Séguéla. Pour l’hommage de ce jour au palais de la présidence au Plateau, des chefs d’Etat dont ceux du Ghana, du Burkina Faso, de la Guinée Conakry et de la Guinée-Bissau sont présents. Le vice-président de la Guinée-Equatoriale et le premier ministre du Gabon ont également fait le déplacement. Au nom des jeunes de Côte d’Ivoire, le ministre Touré Mamadou a dressé un portait, on ne peut plus éloquent d’Hamed Bakayoko. Qui, après sa rencontre avec Dominique Ouattara aura changé le cours de sa vie. En soutenant ses différentes initiatives en tant que directeur de publication du journal le « Patriote », pour faire de lui, Directeur Général de Radio Nostalgie à Abidjan. Les qualités de l’illustre disparu sont connues. Et ça, dans son allocution, Touré Mamadou a tenu à les rappeler. Mais pour ce qui restera le témoignage le plus émouvant, viendra de Raymonde Goudou Coffie, le ministre de la culture.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Décès Hamed Bakayoko-Une étrange délégation reçue aujourd’hui par le président Alassane Ouattara

Raymonde Goudou Coffie-Les confidences que Yolande Bakayoko m’a faites

« Le 9 mars, comme à mes habitudes, pour la soutenir dans le chemin de croix qu’elle traversait, en réponse à l’un de mes sms, Yolande Bakayoko m’a répondu ceci : « Dieu est miséricorde. Ma foi est inébranlable ». Ces confidences sont de Raymonde Goudou Coffie, ministre de la culture de Côte d’Ivoire, proche d’Hamed Bakayoko et de son épouse Yolande, qu’elle appelle affectueusement, ma nièce. Dans son adresse pleine d’émotions, la ministre a révélé la dimension spirituelle du fils d’Anliou Bakayoko, cette famille qui a son sein, bien d’Imams. Elle parlera de cet amour qui transcendait dans tous ses actes. A la famille Bakayoko, aux enfants et à la petite dernière, Maya, elle a eu des mots pour chacun. Cachant bien l’émotion qui pouvait l’étreindre, Raymonde Goudou Coffie a plongé l’assistance dans un beau réquisitoire à la mémoire d’Hamed Bakayoko.