• Save

Hamed Bakayoko dérange…C’est un leurre que de le dire. Il fait peur…cela est une évidence. En l’espace de quelques mois, le sécurocrate du gouvernement ivoirien est devenu l’homme à abattre. Le ministre de la défense, de l’intérieur, comme de l’extérieur est devenu celui vers qui, toutes les flèches sont dirigées. L’on veut qu’il ait peur de son ombre. Plus un jour ne passe sans que les attaques et autres contributions acerbes ne l’accablent. Pourquoi Hamed Bakayoko fait-il si peur et dérange-t-il autant ?. La problématique en vaut la peine et demande une ébauche de réponse.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Attaque de Kafolo-Nouveau camp d’Akouédo-Le ministre de la défense, Hamed Bakayoko annonce des arrestations : “Le cerveau du commando a été arrêté hier”

Hamed Bakayoko-Porteur d’une génération

  • Save
Le Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, hier au nouveau camp d’Akouédo

A 55 ans, le maire d’Abobo porte à lui seul, toute une génération. Celle des enfants des faubourgs abidjanais, celle des années 80, éduqués à la lumière des rythmes urbains et autres musiques du ghetto. Né à Abidjan dans la commune d’Adjamé, qui mieux que lui, connait la caste des loubards, des “ziguehi”, et bien de garçons, qui, avec la force des muscles, imposaient le respect dans le tout Abidjan à leur adolescence, 20 ans après les indépendances. Au delà de son cursus, de son parcours, Hamed Bakayoko représente à lui seul tout un marqueur générationnel. Même s’il n’affiche pas l’ambition de l’homme politique, du présidentiable, ces damnés d’hier voient en lui leur porte voix, celui qui incarne pour eux, un idéal de vie, de brutalité aussi.

A équidistance des syndicalistes et des conservateurs, Hamed Bakayoko est devenu l’homme à abattre, dont l’on veut étouffer la voix à tout prix

Self made man, à l’instar de ceux qu’il représente et qui se reconnaissent en lui, Hamed Bakayoko a face à lui la génération des intellectuels, ceux qui ont usé leurs fesses sur les bancs de l’université d’Abidjan. La quarantaine avancée, cette génération tire sa force des luttes militantistes estudiantines des années 90 avec Martial Ahipeaud et bien de figures de proue comme Guillaume Soro, Charles Blé Goudé. Bienvenue dans la lutte générationnelle des intellectuels et celle de ceux, qui se sont faits par la force des choses. Et il y’a cette génération-là, celle amenée à disparaître, mais qui ne veut absolument pas rompre. Celle des années indépendantistes , les soixantenaires à l’instar des Amadou Gon Coulibaly…cette caste de privilégiés, allaités et couvés par des familles conservatrices. A équidistance des syndicalistes et des conservateurs, Hamed Bakayoko est devenu l’homme à abattre, dont l’on veut étouffer la voix à tout prix. Une chose, la partie ne sera pas aisée parce que Hamed Bakayoko appartient à la génération dont la résilience est la force première. Elle avance tête baissée sans dire mot. Mais elle avance tout de même. Et là dessus, les jours à venir nous le diront.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.