Les tweets enflammés de l’ex Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro ont été beaucoup commentés ces derniers temps sur les réseaux sociaux. Dans un extrait de son intervention publié sur Twitter lors de son séjour en Espagne, Guillaume Soro, selon ses dires, aurait été victime d’une tentative d’arrestation.

Lire aussi : Dj Arafat-Deux mois après sa mort, l’un de ses danseurs fait de graves révélations : « Un jour, vous nous direz pourquoi vous l’avez tué »

Guillaume Soro : “Des policiers ont tenté de m’arrêter”

Le récit des faits avec Guillaume Soro lui-même : “J’arrive à Barcelone en Espagne où je loge à l’hôtel Palace. Dans ma chambre, entre 2h et 3h du matin, une escouade de policiers est au pas de ma porte. Le concierge a juste le temps de m’appeler pour me dire que des policiers sont à mes trousses. Je me lève du lit et je vois que ma chambre est assiégée. Des policiers me demandent de les suivre en me disant que je suis en état d’arrestation. Je leur fais l’injonction selon laquelle s’il s’agit bien de moi. Ils me retorquent, oui. Je leur demande la raison de mon arrestation.

Lire aussi : Exclusif-Zouglou-Divorce au sein du groupe Révolution-Prométhée et Isso concernés : Ils s’expliquent !

Ils me disent qu’il agissent sur ordre d’Interpol. Je leur ai alors dit que je ne les suivrai pas et que je ne bougerai pas de là où je suis. Je suis un homme politique qui ai assumé des responsabilités dans son pays…Je suis dans ma chambre. Ce qui doit être fait le sera dans ma chambre. Après s’être concertés, ils ont renoncé à leur acte. Il y’a l’un des policiers qui m’a dit ceci : “Je vous conseille de vous rapprocher de votre ambassadeur en Espagne afin de négocier avec Interpol”…J’ai appelé le siège d’Interpol à Lyon qui m’a dit qu’il n y avait rien. J’ai écrit à l’ambassadeur de Côte d’Ivoire en Espagne qui m’a également dit qu’il n’en était rien. Donc, ce qui s’est passé, c’est que c’est Interpol Côte d’Ivoire qui a commandité l’opération en question juste pour m’humilier, que l’on me voit menotté en Espagne…”