• Save

“En cette semaine du 4 Mai 2020, j’ai pensé à notre condition humaine. Dieu nous parle par des signes. Si nous sommes attentifs, nous pouvons les décoder. Rien ne sert de bomber la poitrine, car poussière nous sommes nés, poussière nous retournerons. C’est ce, pourquoi, je nous invite à l’humilité. Nous devons travailler à la réconciliation : c’est là que se trouve notre salut ! Pour ma part, je ne renoncerai point au combat pour la réconciliation et l’amour entre les ivoiriens, malgré les moqueries, injures et autres quolibets. Je ne gémirai point de mon sort, car n’arrive à l’homme que ce que Dieu permet. Excellente semaine chers tous”. C’est le message publié par Guillaume Kigbafori Soro sur sa page Facebook, ce lundi 4 mai 2020, il y’a à peine 1heure de temps.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Évacuation Amadou Gon Coulibaly en France-Les vœux controversés de Guillaume Soro et Mamadou Koulibaly, deux candidats déclarés à l’élection présidentielle d’octobre 2020

Le décryptage d’une telle publication, renvoie à plusieurs autres messages de l’ancien président de l’assemblée nationale, qui présageaient d’événements assez importants dans sa vie et celle de la République de Côte d’Ivoire. Alors qu’il devrait démissionner à la tête de l’hémicycle, Guillaume Soro écrivait quelques minutes plutôt : “N’arrive à l’homme que ce que Dieu permet”. L’on avait compris avant même qu’il ne le déclare officiellement qu’il allait rendre le tablier. Il y’a une semaine de cela, avant que sa condamnation ne soit actée par la justice ivoirienne, le président de Groupement et Peuples Solidaires menait une réflexion sur la justice en Afrique. Ce jour, c’est la condition humaine qui est au centre de ses préoccupations. D’un point de vue sémiotique, au plan narratif, les mots utilisés par Guillaume Soro laissent déduire sur le plan axiologique le message qu’il veut faire passer. Lequel ? Motus et bouche cousue. Tout de même, une déduction présage d’un mauvais signe et d’un drame à l’horizon. Lisons entre les lignes et les signes, et observons jusqu’à la fin de cette semaine.

Publicités