Le scénario n’est pas nouveau. Et l’on s’en doute fort que cela ne prospère en Côte d’Ivoire. Après avoir imposé le sud-africain Patrice Motsepe comme président de la Confédération Africaine de Football, la FIFA va expérimenter sa trouvaille à la tête de la Fédération Ivoirienne de Football. L’objectif ici sera clair. Imposer Didier Drogba comme président de la Fédération Ivoirienne de Football. Des trois candidats que sont Sory Diabaté, Idriss Diallo, Didier Drogba est celui qui a le meilleur relationnel avec les hautes instances dirigeantes du football mondial. Il est clair que son profil parle en sa faveur. Mais il aurait été mieux de laisser s’exprimer la voie démocratique, même si l’on sait que celle-ci est dorénavant biaisée avec l’élection de Motsepe à la tête de la CAF. Et c’est justement lui, avec la bénédiction de Gianni Infantino qui a donné le ton ce matin lors d’un point de presse au siège de la FIF à Abidjan. Le message est clair.

Lire aussi : People-Rupture-Vitale-Momo Wang-Fin de la relation sentimentale-Le vrai faux mariage sacrifié

Pas besoin de regarder dans une boule de cristal pour le décryptage : « Le plus important message pour moi, nous supportons l’unité. J’ai entendu dire qu’il y a trois groupes, il faut que les groupes se mettent ensemble. Nous ne supportons pas un groupe. Nous avons besoin que le football aille plus haut. C’est notre fierté. Aucun groupe n’y arrivera tout seul. La chose la plus importante, c’est de rassembler tout le monde. C’est le message que nous allons passer au ministre des Sports. C’est le même message que nous allons passer au président de la République ». Le consensus bien entendu, ce sera Didier Drogba, président de la FIF avec des postes de vice-présidents en charge de la ligue 1 et du marketing dévolus à Sory Diabaté et Idriss Diallo, des rôles qu’ils connaissent déjà très bien.