Il était 22heures, en heure locale, soit quatre de temps maintenant lorsque la présidence de la République de Côte d’Ivoire a rendu public un communiqué mettant à l’index l’état de santé du premier ministre Hamed Bakayoko. Lorsque des médias ont annoncé le 18 février dernier une évacuation urgente du premier ministre sur Paris pour raison sanitaire, ses proches ont rassuré qu’il n’y avait rien d’alarmant. Et pire, lorsque la thèse de l’empoisonnement a été brandie, l’on a minimisé cela, parlant plutôt d’un état de fatigue pour lequel Hamed Bakayoko s’est rendu en France. Dans ce flou, les rumeurs se sont mêlées, annonçant le pire. C’est en ce moment, alors que le président Alassane Ouattara est rentré jeudi de son séjour en France. Et qu’aucune communication n’avait été faite au sujet de la maladie du chef du gouvernement, que très tardivement en ce vendredi 5 Mars, l’on parle enfin d’hospitalisation.

Fac Similé du communiqué de la présidence de la République

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Etat de santé du premier ministre Hamed Bakayoko-La jeunesse du parti de Guillaume Soro donne de la voix

Ce qui, jusque-là n’avait pas été avancé. De quoi à attiser davantage la boite à rumeurs. Chacun y allant de son commentaire, les moindres posts sont scrutés, surtout ceux marqués du sceau dramatique, à l’instar de la négation brutale traduite en un « non » cauchemardesque de la comédienne Yvidero très tôt relayée, aussitôt supprimée. Outre la publication de l’humoriste très populaire, des anonymes, eux, ont annoncé tout simplement le drame. Un constat, les millions d’agents d’informations qui pullulent sur les bulles de filtres versus Côte d’Ivoire guettent la moindre information pouvant les conforter ou non au mauvais présage auquel bien de personnes pensent.