Malgré de nombreuses défections dans son camp, Guillaume Soro continue de résister face au pouvoir d’Abidjan. Depuis plus d’un an, plusieurs de ses proches, parents, amis et militants sont détenus dans les prisons Ivoiriennes. Certains ont eu droit à la liberté suite à leur ralliement au RDHP . Pour Yeo Ange Marie, une proche de Guillaume Soro qui vient d’obtenir la liberté provisoire, il ne s’est pas agi d’un arrangement ou un quelconque ralliement. Elle a été libérée parce qu’elle est en état de grossesse. Après six mois de détention, et comme cela est le cas pour plusieurs d’entre eux, elle n’a pas encore été jugée. Une liberté provisoire donc pour Yeo Ange Marie qui a tout de même là, l’occasion de voir sa grossesse poussée, loin de l’univers carcéral.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Boubaker Sy-Porte-parole des jeunes du parti de Guillaume Soro-Son cri de cœur face à l’injustice et l’inégalité sociale : “Ils ont endormi l’élan patriotique du peuple…”

Yeo Ange Marie-Enceinte, cette proche de Guillaume Soro vient de bénéficier d’une liberté provisoire

En exil, Guillaume Soro, lui, continue de donner de la voix, de défier et résister. Sous manche, des bruits font état de ce qu’il négocierait ardemment avec Alassane Ouattara. Chose qu’il n’a pas encore démenti. Mais avec la ligne de conduite qu’il affiche vis-à-vis du Chef de l’Etat, il est clair qu’il ne se peut se lancer dans une telle issue. Surtout quand son conseiller, Franklin Nyamsi se fend d’une telle publication : « Les partisans du satrape reptilien, Ouattara, n’en peuvent plus de Sisuku Franklin Nyamsi Kamerun. Promesses d’assassinat à tous les carrefours. Or si Dieu le veut, nous enterrerons le satrape. C’est dans l’ordre de la nature ».