• Save

Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire déroule son programme en roue libre. Et ce, jusqu’à l’élection de son dauphin, Amadou Gon Coulibaly, à l’élection présidentielle d’octobre 2020. Le premier ministre ivoirien vient d’être désigné, et ce, sans surprise, candidat de son groupement politique, le RHDP, au grand dam de Marcel Amon Tanoh, d’Albert Mabri Toikeusse et bien de cadres au sein du parti d’Alassane Ouattara qui se voyaient présidentiables. Actupeople avait déjà fait son analyse de la redistribution des cartes sur l’échiquier politique ivoirien depuis la décision du président Alassane Ouattara. La jeunesse dont parlait le chef de l’exécutif ivoirien, après son retrait de la course à la présidentielle à venir va être incarnée par Amadou Gon Coulibaly, 61 ans, Hamed Bakayoko, 55 ans, probable premier ministre. Et des ministres avec pour ossature, Touré Mamadou, Yves Zogbo Junior ( dont la nomination au poste de ministre de la culture ne fait plus l’ombre d’aucun doute). A propos de la jeune génération à venir, Myss Belmonde Dogo, secrétaire d’Etat, a par ailleurs écrit après la désignation d’Amadou Gon Coulbaly comme candidat du RHDP, ceci : « Une jeune génération, mais pas n’importe laquelle: honnête, compétente et expérimentée qui a appris à nos côtés…Amadou Gon Coulibaly, le choix de la raison pour une alternance générationnelle, mais dans la continuité… ». Hamed Bakayoko, Bruno Nabagné Koné…tous disent être d’accord avec le choix d’Amadou Gon Coulibaly. Ce qui n’est pas le cas d’Albert Mabri Toikeusse, qui, avec cette nouvelle, s’est fendu de plusieurs publications.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Nouveau gouvernement-Hamed Bakayoko au poste de premier ministre ?

Amadou Gon Coulibaly, candidat du RHDP, Mabri Toikeusse et Marcel Amon Tanoh, virés du gouvernement ?

« Je suis un homme de conviction et préfère dire ce que je pense. Monsieur le Président, vous êtes le fils du Président Félix Houphouët-Boigny qui nous a enseignés le dialogue. Nous nous appuierons sur le dialogue pour régler nos différends. Ne prenons pas des engagements d’une heure dans une salle, qui, par la suite ne refléteront pas la réalité sur le terrain. Faites donc comme Félix Houphouët-Boigny. Travaillez à nous mettre en équipe… », un message d’Albert Mabri Toikeusse qui se veut très clair, mais qui va lui coûter à fortiori le poste de ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qu’il occupe au sein du gouvernement Gon depuis Juillet 2018. Pareil pour le ministre des affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh dont les velléités de candidature pour l’élection présidentielle d’octobre 2020 sont de plus en plus claires. Le prochain remaniement ministériel qui a été décalé afin de voir clair dans certaines positions au sein du RHDP donnera lieu à un véritable bouleversement, et verra la mise en place d’un gouvernement commando, en phase avec les idéaux d’Amadou Gon Coulibaly afin de le conduire à la magistrature suprême dans sept mois.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.