• Save

Dans la deuxième et dernière partie du communiqué lu par Affoussiata Bamba Lamine, et retranscrite par votre site d’informations en ligne, Actupeople; Guillaume Soro révèle clairement ceci : « On a voulu m’assassiner ». Suite du communiqué : « …En ce qui concerne la tentative de lui imputer une nouvelle déstabilisation, Monsieur Guillaume Soro s’inscrit en faux. Pour le prétendu enregistrement audio qui serait la preuve dont disposerait l’accusation, Guillaume Soro n’est pas surpris de la machination, ainsi ourdie. En effet, courant 2012, monsieur Francis Perez, président et fondateur du groupe PEFACO a été introduit auprès de Guillaume Soro par l’ancien premier ministre du Burkina Faso, monsieur Tertus Zongo.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Mandat d’arrêt-Depuis l’Espagne, Guillaume Soro réplique et avoue enfin par la voix de Affoussiata Bamba Lamine : « J’ai fait le coup d’état de 2002 pour le compte de Alassane Ouattara »

Après une éclipse de cinq ans, monsieur Francis Perez, opérateur économique, opérant dans le milieu des casinos entrera ainsi en contact avec monsieur Guillaume Soro. C’est donc en 2017 que cet homme d’affaires informait monsieur Guillaume Soro, de ce qu’il serait en danger de mort et l’objet d’un complot ourdi par le régime d’Abidjan. C’est ainsi que monsieur Francis Perez proposait ses services à monsieur Soro et décidait donc de le protéger et de riposter face à la tentative d’assassinat qui était envisagée par le régime d’Abidjan. Suspicieux, monsieur Guillaume Soro fera participer à l’une des rencontres, un diplomate et un agent des services secrets d’un pays européen à qui, il était régulièrement fait un compte rendu aux fins de contribuer à garantir l’intégrité et la sécurité du territoire ivoirien.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Le procureur Adou Richard : « Guillaume Soro a voulu faire un coup d’état »-Sa maison vandalisée

Monsieur Guillaume Soro qui s’exprimera plus longuement sur le sujet apportera les éléments de preuve, notamment des mails et indiquera l’identité des différents témoins. Cette opération d’espionnage comme on le découvrira par la suite, a été orchestrée par le régime d’Abidjan en vue de cueillir, monsieur Guillaume Kigbafori Soro, comme, on le dit d’ailleurs dans le jargon du renseignement. Peine perdue. Il faut noter que monsieur Guillaume Soro dans un souci de transparence a évoqué de façon sibylline à une époque précise cette question avec le président Alassane Ouattara. Après l’échec de monsieur Francis Perez, d’autres opérations d’espionnage seront initiées, sans succès par le régime d’Abidjan, en vue cette fois, de l’élimination physique de monsieur Guillaume Kigbafori Soro, et ce, sur le territoire européen. Certains milieux en ont d’ailleurs été informés donc des diplomates. Comme constaté, il s’avère donc que ce mandat d’arrêt international est infondé et à usage uniquement politique en vue d’éliminer le premier candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire ».

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.