• Save

Côte d’Ivoire : la date de l’élection présidentielle est maintenue ainsi que la candidature d’Amadou Gon. Voici les 5 faits qui risquent de surprendre Henri Konan Bédié qui va lui aussi confirmer sa candidature à la prochaine convention du PDCI RDA. Le gouvernement ivoirien maintient le 31 octobre 2020, comme fixée par la Constitution, pour l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Au Pdci, entre suspense et pression, Henri Konan Bédié (se) décide enfin… L’information a été donnée par son porte-parole Sidi Touré, qui intervenait sur la télévision nationale (RTI 1) ce dimanche 10 avril.  Malgré la crise sanitaire toujours en cours, « le gouvernement travaille à l’effet de pouvoir rendre toutes ces élections réalisables pour octobre 2020 et c’est la perspective ; pour ce qui concerne le gouvernement, les élections auront lieu en octobre 2020 », a insisté le porte-parole au journal télévisé de 13h. Puis l’intervenant, d’assurer que le gouvernement prend « toutes les dispositions pour la tenue à la date officielle de cette élection qui devra s’organiser dans les conditions de transparence et d’équité pour tout le monde ».

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Déconfinement-Couvre-feu-Un plan calqué sur celui de la France-Les mesures principales du président Alassane Ouattara

Élection présidentielle-Convention PDCI RDA-Amadou Gon Coulibaly de retour dans les semaines à venir

Interrogé sur l’état de santé du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, à Paris depuis quelques jours pour un « contrôle sanitaire » selon l’État, Sidi Touré a répondu que celui qui demeure jusqu’à preuve du contraire, le candidat du Rhdp « va très bien ». Il assure d’ailleurs avoir eu «le privilège de lui parler ». Le Premier ministre ivoirien candidat déclaré du RHDP « est allé en France pour faire un contrôle régulier de son état de santé », a-t-il insisté, informant qu’il y a effectué une coronarographie (relative au cœur), un examen courant en matière médicale. À la suite de cet examen, dira-t-il, « il se repose pour pouvoir reprendre des forces et revenir…il sera parmi nous dans quelques jours ». Dans un communiqué sur sa page Facebook officielle, le Premier ministre, chargé du Budget et du portefeuille de l’État, a également informé qu’il serait « de retour dans quelques semaines ». Candidat du Rhdp, ce séjour à l’hôpital à environ six mois de l’élection présidentielle ouvre la porte à un ouragan de supputations qui n’est pas encore tombé. Pour nombre d’observateurs, le candidat du RHDP, va devoir puiser dans ses dernières ressources – avec tous les risques que cela comporte – s’il veut tenir le challenge de la course à la présidentielle.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Amadou Gon Coulibaly-Etat de santé-Un lanceur d’alertes prédit le pire-Il annonce Alassane Ouattara à son chevet ce dimanche

Convention du PDCI RDA- Henri Konan Bédié va se décider enfin

Alors que le compte à rebours pour la présidentielle est bien enclenchée, au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), le suspense reste toujours entier sur le choix du candidat du parti à ce rendez-vous crucial. Pourtant, depuis sa rupture d’avec le RHDP, Henri Konan Bédié y pense chaque matin en se rasant. La convention du PDCI pour désigner le candidat avait été annoncée pour le 6 juin 2020. Mais la crise du Coronavirus qui secoue la Côte d’Ivoire a porté un coup au calendrier. « Si nous avons reporté le Bureau politique qui n’a que 2000 personnes, ce n’est pas une Convention de 10 000 personnes qu’on va tenir », avait déclaré Maurice Kakou Guikahué, le secrétaire exécutif en chef, pour taire les rumeurs et les pressions en sourdine. Mais Le Nouveau Réveil, quotidien proche du vieux parti, informe ce lundi 11 mai, que Henri Konan Bédié va « convoquer la convention de son parti en vue du choix du candidat pour la présidentielle d’octobre ». L’engagement et la détermination du gouvernement à tenir le délai du 31 octobre « malgré la crise du Coronavirus » auraient mis la pression au PDCI, selon des indiscrétions au sein du parti. Le « Sphinx de Daoukro » va-t-il tenter de se relancer – 20 ans après avoir perdu le pouvoir suite à un coup d’État ? Ou bien N’Zuéba va se résoudre à désigner une personnalité du PDCI pour croiser le bulletin avec Gon Coulibaly du RHDP ? Rien n’est moins sûr. Seule certitude à cette heure, Bédié qui vient de célébrer ses 86 ans, travaille au retour du PDCI au pouvoir. C’est d’ailleurs dans cette dynamique qu’a eu lieu, le 30 avril dernier, la signature d’un accord politique entre Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du PDCI, et Assoa Adou, secrétaire général du FPI proche de Laurent Gbagbo.

Lire aussi : Paris-Examen médical-Amadou Gon Coulibaly-Le premier ministre donne de ses nouvelles et met fin aux rumeurs-C’est quoi la coronarographie ?

La candidature d’Henri Konan Bédié sonnera-t-elle l’échec du PDCI ?

L’« accord de collaboration » entre le PDCI et le FPI tendance Gbagbo annoncerait non seulement la candidature d’Henri Konan Bédié, mais aussi, par ricochet, l’échec du PDCI, selon des détracteurs du « Sphinx ». Selon eux, le CV de l’actuel président du PDCI serait émaillé de ’’faits d’arme’’ qui jouent contre lui. Jean Bonin Kouadio, Juriste ivoirien, proche d’Affi N’Guessan fait partie des défenseurs de cette thèse. Il s’est d’ailleurs prêté au jeu dans une contribution à cet effet, en relevant 5 taches noires dans le parcours du président du PDCI depuis l’époque de Félix Houphouët-Boigny, le père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne.

Henri Konan Bédié-Les faits qui ne militent pas en sa faveur

1-Houphouët-Boigny a fait entrer Henri Konan Bédié au ministère de l’économie et des finances par la grande porte, de 1968 à 1977. Il en ressortira par la petite porte après une série de surfacturations et de détournements de deniers publics au préjudice de plusieurs sociétés d’État. 2-Houphouët-Boigny a légué, sur un plateau d’or, en 1993, le pouvoir d’État à Bédié. Il n’a pas été capable de conserver cet « héritage » au-delà de 6 ans. Fin décembre 1999, il est renversé par une mutinerie militaire qu’il a été incapable de contenir. En 48 h son sort a été scellé. 3-Bédié s’est présenté à l’élection présidentielle de 2010 sous la bannière du PDCI au grand complet. Il est, sans bavure, battu au 1er tour, alors que le président de la CEI est lui-même membre des hautes instances dirigeantes de son parti. 4-Contre l’avis de la base de son parti et de nombreux cadres, dont KKB, Banny et Essi Amara, Bédié décide que le PDCI ne présentera pas de candidat à la présidentielle de 2015. Il croit qu’en retour, le candidat du PDCI aura le soutien du RHDP/RDR en octobre 2020. Il sera proprement et promptement doublé, selon lui. 5. Son parti ayant été vidé de sa substance par le RHDP, Bédié s’accroche désespérément au FPI pour espérer survivre à la bourrasque. (…) Au demeurant, tant chez les détracteurs de l’homme que chez les voix discordantes qui se font entendre au sein du PDCI, Bédié gagnerait à entrer dans l’Histoire en désignant un candidat, autre que lui, pour le PDCI. Avec son CV politique pas vraiment flatteur et sa seule victoire en 1995 face à un Francis Wodié esseulé, « un échec est inévitable, le 31 octobre, si Bédié s’obstine à vouloir être, lui-même, le candidat du PDCI à la présidentielle. Ce sera probablement son dernier échec car celui-ci sonnera de façon irréversible sa retraite politique… peu glorieuse », annonce Jean Bonin. Vrai ? Faux ? Au PDCI, Henri Konan Bédié reste le détenteur de toutes les cartes. Et surtout le maître du jeu. Jusqu’à quand et jusqu’où ? That’s the question…