Dans un entretien accordé à Afrique Media ce mercredi 3 mars, Charles Blé Goudé a abordé plusieurs sujets. Pour les législatives du 6 mars où 16 candidats du Cojep sont engagés, il a fait le tour d’horizon. Tout en expliquant, que même à distance, il apporte son soutien à ses camarades engagés sur le terrain. Le président du Cojep, Charles Blé Goudé a également été interrogé sur ses rapports avec les leaders politiques que sont le président Laurent Gbagbo, le président de GPS, Guillaume Soro. In fine, la question de son retour a été abordé. Quelques extraits de ce qu’il a pu dire à propos de ses sujets susmentionnés : « Laurent Gbagbo et moi, venons de loin, et nous allons très loin. Il m’a toujours témoigné du respect. Rien ne peut m’opposer au président Laurent Gbagbo. Ce qui nous lie est très profond. Nous sommes liés à tous les niveaux.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Pacte entre les leaders de la FESCI-Charles Blé Goudé répond à Tiburce Koffi-Ce qu’il dit de Guillaume Soro

Sur le plan politique, je suis un soutien à Laurent Gbagbo, c’est ce, pour quoi, je suis ici à la Haye. Il n’y a aucun nuage dans nos rapports, même si des personnes aimeraient bien en trouver ». A propos de Guillaume Soro, son ami des luttes estudiantines, voici ce qu’il dit en substance : « J’assume mon amitié avec Guillaume Soro. Mais ce que j’aimerais dire, c’est ceci : mes amitiés sont sacrées, mais elles ne sont pas au dessus de mes convictions. Lorsque j’ai été arrêté, Guillaume Soro était aux affaires. D’abord, en tant que premier ministre, puis, président de l’assemblée nationale. Nous n’avions pas de contact. Je peux comprendre son attitude de par les fonctions qu’il exerçait, mais lorsque j’ai été acquitté, mon ami Guillaume m’a appelé. Il est venu me rendre visite en novembre 2019. Nous sommes amis, mais nous avons choisi deux chemins différents. Je ne veux pas entrer en guerre, ni avec Guillaume, ni avec les autres leaders politiques.

Notre retour soulagera le cœur de millions d’Ivoiriens

Je n’ai aucun problème avec Guillaume Soro, mais il m’arrive de faire des analyses politiques. Et il me connait cette qualité ». Quant à son retour, Charles Blé Goudé s’en remet au président Alassane Ouattara : « Je n’ai pas de passeport actuellement. Mon retour doit participer à la paix et à la réconciliation nationale ». Pour l’issue qui sera donnée le 31 mars 2021 à leur procès en cours à la CPI malgré la liberté dont il jouit, répondant à la question du journaliste, à savoir s’il avait peur, il a répondu : « Je ne connais pas la peur…Un citoyen suspecté de crime peut arriver à la CPI, subir un procès, et s’il est innocent, il peut retourné chez lui. Je suis un homme très confiant. Je sais que la justice dira le droit. Le 23 mars 2014, je suis arrivé à la CPI à 3h du matin. J’ai foi que je retournerai un jour chez moi. Une chose est sûre, mon retour et celui du président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, soulagera le cœur de millions d’Ivoiriens ».